Vers une feuilletonnisation des attentats ?

Politique

Vers une « feuilletonnisation » des attentats ?

22 Jan , 2016  

A quand le prochain épisode ? A quand la prochaine révélation incongrue ? A quand le découverte d’une autre cachette surréaliste ? Tant de questions qui émergent à cause du traitement médiatique des attentats. Le public en vient même à se surprendre à penser : «  A quand le prochain attentat ? A quand la prochaine soirée «  Edition spéciale » sur BFM ? ».

Mais si d’autres révélations sont en vue, le dérapage l’est aussi. Quel respect y a-t-il pour les victimes lorsque les photos des bourreaux et leurs sourires narquois sont exposés voire brandis ? Quel respect y a-t-il pour les victimes lorsque chaque nouvelle information, sur les façons dont les attentats étaient préparés, vient raviver les plaies ? Quel respect y a-t-il pour les victimes quand aucun temps mort ne leur est accordé ? Le Point en vient même à dire que « 90 à 100 »[1] djihadistes sont prêts à frapper pendant les fêtes de fin d’année. Il n’est plus question d’informer mais d’être sensationnel. Fautes aux médias ? Possible. Fautes au public ? Encore plus probable. Fautes aux deux camps ? Surtout.

Parce  que si une « feuilletonnisation » est existante, c’est parce qu’avant tout le public s’intéresse au sujet. Une envie de savoir tous les évènements semble dominer dans l’opinion.  Il ne faudrait pas être ignorant sur un sujet aussi brûlant. Il est donc important de souligner que les médias s’adaptent totalement au public.  Si ce dernier privilégie et souhaite une « transparence » sur les évènements, les médias sont donc obligés de décrypter chaque détails des attentats. Dans un journal, si le thème « djihadiste » existait, tout porte à croire qu’il serait au même rang que le thème « culture ». Aveugles sont ceux qui ne voudraient pas l’admettre. Les quotidiens en ligne et papiers voient toujours leurs ventes redevenir potables durant et après des attentats. Dans ces contextes, il parait logique d’affirmer que ce n’est que pour lire des sujets traitant des djihadistes que les lecteurs achètent des journaux. Peut-on reprocher cette envie aux lecteurs ? Pas du tout. Il est normal d’être préoccupé par une situation inquiétante.

Le problème est que cette préoccupation est poussée à son extrême. Tellement poussée qu’elle en devient interminable, longue, perverse : voire aussi longue que cette phrase.  Comme si le peuple oubliait son impuissance sur les évènements en voulant au moins maîtriser l’histoire, les faits s’étant déroulés. Un transfert et une conversion sont sous-jacents à ces actions. Au moins en suivant les informations, aucun mouvement de foule devant un lieu de rassemblement et de commémoration n’est possible. Espiègleries mises à part, il est tout de même bon de noter que les attentats n’ont pas eu un traitement médiatique relevant du quart d’heure de célébrité. Toutefois, il semblerait que ce soient les djihadistes qui soient devenus célèbres.

Il est donc difficile de ne pas «  décrypter »  (comme ont tendance à le dire les journalistes) cette situation. Est-ce que derrière cette médiatisation constante et interminable il y a une envie de se rassurer, de se dire que même si la vie a repris, les évènements seront toujours présents dans la vie des Français ? S’agit-il d’une envie de romancer le quotidien, d’avoir la suite du prochain numéro, d’avoir son 11 septembre ? Une réponse à tout cela semble difficile à donner, tant d’ici demain j’aurai de quoi aller dans un sens puis dans un autre. Sur la défense du postulat selon lequel les attentats seraient traités de manière objective, j’aurai un exemple pertinent qui sera contredit dans l’heure par un autre. Néanmoins, je rêve d’un jour où ce traitement médiatique relèvera avant tout d’un altruisme et d’un engagement journalistique.  Après tout, je ne fais que rêver… Ah, il semble que cette blague appartient déjà à LCL. Eh bien, j’espère que malgré les évènements traités dans cet article, j’aurais au moins pu vous faire esquisser un sourire final.

[1] http://www.lepoint.fr/societe/attentats-de-paris-les-confidences-meurtrieres-d-abaaoud-18-12-2015-2003679_23.php

Notez cet article !
Nombre de vote : 1

Articles similaires :

Que représente le discours d’Emmanuel Macron à la Mutualité? Le 12 juillet au soir, Emmanuel Macron donnera à la Maison de la Mutualité un discours qui pourrait véritablement l'impliquer dans la course aux pré...
Pourquoi la question kurde est-elle un casse-tête pour les relations i...  Le 25 septembre prochain, cinq millions de kurdes irakiens voteront pour leur indépendance. Ce référendum ne sera pas le dénouement final pour ce...
Avec le contexte actuel, la loi du Travail est-elle vraiment nécessair... Présentée comme un outil indispensable au retour à la croissance, la loi El-Khomri est l’un des textes phares de la politique réformiste que mène le...
Victoire du Parti Pirate Islandais: le début d’une politique alternati... Le samedi 29 octobre, le Parti Pirate d’Islande est devenu le troisième plus gros parti du pays en récoltant 14.48 % des suffrages aux élections lég...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes enquêtes.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz