chateau ambulant

A propos,Cinéma,Culture / Divertissement

Comment le studio d’animation japonais Ghibli est-il devenu une référence absolue dans son domaine ?

21 Juin , 2016  

A l’occasion des 31 ans de Ghibli, c’est avec nostalgie qu’on a choisi de revenir un peu sur la construction d’un véritable empire du film d’animation.


Perfectionnisme et renouveau

                Le 15 juin 1985, Hayao Miyazaki et Isao Takahata fondent ensemble le Studio Ghibli, nom choisi par Miyazaki en référence aux avions utilisés par les italiens durant la Seconde guerre Mondiale. La métaphore, on la comprend assez vite : le studio d’animation se veut comme instigateur et meneur d’une nouvelle ère cinématographique, à l’esthétique plus travaillée que les OAV (Original video animation, appelés communément animés). D’où l’idée de prendre le nom d’un modèle d’avion de reconnaissance.

                La précision et la rigueur sont de mise : les films sont particulièrement soignés, et ce du dessin à la musique en passant par les intrigues (souvent liées aux conflits qui existent entre l’homme et la nature et la nécessité de vivre en paix, avec en plus une omniprésence du mystique et de l’ambiguïté entre rêve et réalité). Le cinéma Ghibli, c’est avant tout celui de la réflexion philosophique et psychologique sur soi et sur les autres, en s’appuyant sur l’imaginaire commun.

                Nouveau aussi : on est loin du sexisme latent du cinéma d’animation traditionnel et du cinéma en général. Chez Ghibli, on place la femme au cœur de l’intrigue, mais pas que : pour une fois –et ça fait du bien-, on en fait une héroïne, une figure d’indépendance, de force. La négation de l’intrigue traditionnelle (qui envisage une femme idéalisée devant être sauvée) se fait aussi par la négation du manichéisme traditionnel. Le Bien ne s’oppose pas au Mal : les personnages sont plus paradoxaux, prennent des décisions qui révèlent toute la complexité de leur personnalité.


Les 2 titans du studio : Takahata et Miyazaki

                Si plusieurs réalisateurs ont un peu travaillé pour les studios – comme Tomomi Mochizuki qui réalise en 1993 Je peux entendre l’océan-, les deux réalisateurs phares restent Miyazaki et Takahata. Isao Takahata, immensément connu au Japon, l’est surtout aux yeux des occidentaux pour le film Le Tombeau des Lucioles, réalisé en 1988, adaptation du livre La Tombe des Lucioles écrit en 1967 par Akiyuki Nosaka. Un film d’une noirceur saisissante surtout parce que l’intrigue repose sur la survie de deux enfants dans le contexte de la seconde guerre mondiale. Ce film est considéré dès sa sortie comme un classique du cinéma japonais du XXème siècle, et a suffi à propulser Takahata au rang des cinéastes japonais les plus influents du monde.


Miya

Hayao Miyazaki


 

                Aux côtés de Takahata, le maestro absolu Hayao Miyazaki. La carrière de celui-ci commence réellement avec ses premiers films dans les studios, Nausicaä de la vallée du vent puis Le Château dans le ciel, dont on estime aisément qu’il s’inspire en partie du film Le Roi et l’Oiseau, dessin animé réalisé par Paul Grimault sur des textes de Jacques Prévert. A partir de là, Miyazaki acquiert peu à peu le statut d’icône de la réalisation, avec plus de 10 longs-métrages, autant de courts métrages et une participation en tant que producteur à plusieurs films de ses compatriotes, comme Takahata qui réalise en 1994 Pompoko, peu connu en Occident, qui met en scène une société de tanuki (race de ratons-laveurs) vivant dans les bois.


pompoko

Pompoko


Le cinéma du paradoxe et de l’ambivalence

                 Adoubé par Disney, Pixar ou Dreamworks, pourtant leaders dans le domaine du cinéma d’animation, le studio Ghibli ouvre un nouveau champ créatif qui fascine. Mot d’ordre : la poésie, mais pas que. Ce qui surprend, c’est que les films semblent viser des publics très différents. Pompoko, Kiki la petite sorcière, Totoro ou encore La princesse Kaguya s’apparentent presque à des contes touchants destinés à un jeune public. Parallèlement, des films beaucoup plus sombres et graves sont produits, comme la Princesse Mononoké et Le Château dans le Ciel qui évoquent toute la violence et la douleur que l’homme peut infliger à ses compatriotes et à la nature, Le Vent se lève et Le Tombeau des Lucioles qui parlent de la mort et de la destruction, ou encore Le Voyage de Chihiro dont aucun enfant ne peut oublier la scène de la transformation en porcs, ou celle du monstre anthropophage traversant les couloirs.

               Sous les apparences de dessins animés inoffensifs, les thématiques sont lourdes et les images saisissantes. C’est là que réside la force du cinéma d’animation Ghibli : dessins animés militants, que ce soit de manière évidente (comme le montrent les scènes de bombardements dans Le Château Ambulant), ou suggérée (certains voient en Totoro une divinité morbide veillant sur les enfants ; en tous les cas, l’innocence de l’enfance est omniprésente dans les films Ghibli).


totoro

 Mon voisin Totoro


                On voit difficilement le studio disparaître pour l’instant : Miyazaki père annonce sa retraite depuis des années, mais il continue à participer activement à la production cinématographique du studio, tandis que Miyazaki fils (Goro) commence lui aussi à devenir un pilier des studios (Les Contes de terremer et La Colline aux coquelicots).


Petit hommage en musique :

Vous l’avez compris, on a grandi avec Ghibli, on a pleuré avec Ghibli, en bref, otanjobi omedetou gozaimasu ! お誕生日おめでとうございます !

Notez cet article !
Nombre de vote : 5

Articles similaires :

LK de l’Hôtel Moscou : un rappeur innovant ? LK de l’Hôtel Moscou est un rappeur français basé à Londres qu’il faut écouter au plus vite. San Francisco, son dernier album, désarçonne l’auditeur...
Pourquoi Jorrdee est-il par excellence le rappeur de 2015 ? Jorrdee est un rappeur français actif depuis 2012 qui ne cesse de gagner en viralité en cette fin d'année. Sa collaboration sur la tape de DJ Weedim...
Pépite, bande-son d’un été nostalgique ? Une pépite, qu'est-ce que c'est ? C'est l'or que l'on trouve à force de creuser le sol. C'est l'éclat de chocolat que l'on trouve avec bonheur dans so...
Ligue 1 : A qui le titre cette année ? Alors que nous entamons la dernière ligne droite du championnat, la question se pose. Et cette année, elle est enfin pertinente. Car oui : l'hégémon...
Clélia
J'écris surtout dans la catégorie Société. J'aime lire, voyager et découvrir ! Je m'intéresse beaucoup à l'actualité, et espère vous transmettre mon envie de la comprendre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz