saip 3

Société,Technologie

Que penser du SAIP (l’application d’Alerte) ?

14 Juin , 2016  

Lancée le mercredi 08 juin par le gouvernement, l’application SAIP (Système d’Alerte et d’Information des populations) est déjà décriée. Pourtant, le projet semblait se justifier puisque l’application a été créee afin d’alerter les citoyens sur les différents attentats ou incidents météorologiques qui peuvent se dérouler autour d’eux. Après les différentes inondations qu’a connues récemment la France et surtout avec l’Euro 2016, qui peut à tout moment être menacé par un attentat terroriste, l’application semblait donc prendre tout son sens. Malgré tout, elle dérange, elle inquiète, elle fascine. Mais pourquoi tant de questionnements autour de cette application ?

Une communication bancale. 

La communication du gouvernement actuel s’est souvent retrouvée inefficace. Le lancement de l’application n’y a pas échappé même si l’on peut dire que la communication autour du SAIP est la moins ratée. Toutefois, ce qui frappe avec le lancement du SAIP, c’est le manque d’anticipation des critiques. Pourtant, c’est un peu le b.a.-ba de la communication, surtout celle gouvernementale. Ainsi, c’est parce que la communication n’a pas été assez claire, dès le départ, que des critiques ont germé. On reproche à l’application le flou qu’elle entretiendrait autour de la fonction de géolocalisation, qui est centrale puisque l’application est sensée nous alerter des évènements qui se déroulent autour de nous. Dans ce cas précis, c’est un  faux procès qui est fait à l’équipe du SAIP parce que ce point avait été éclairci sur cette page et cela dès le départ.

Dorénavant, chaque initiative du gouvernement est scrutée par les consommateurs. C’est aussi cela qu’il faut anticiper, il faut penser au petit filou qui cherchera les failles de l’application. C’est d’ailleurs ce qu’a fait un journaliste du site Next Inpact. Il a découvert que l’application pouvait avoir accès à nos données personnelles. Le ministère de l’Intérieur a donc été forcé de clarifier la situation pour dire qu’il s’agissait d’une « anomalie ». Pas de quoi rassurer le consommateur, qui souhaite de plus en plus avoir le contrôle sur ce qu’il utilise, consomme. D’autant plus que de nos jours, une véritable transparence est demandée aux entreprises et aux institutions. Transparence que l’application n’a pas réussi à rendre perceptible, se contentant juste de faire une page de présentation, plus ou moins exhaustive, de l’application.

SAIP 2

Une création du SAIP dans la précipitation et une utilité remise en question

Ce manque de communication est symptomatique de la précipitation qui a entouré la création de cette application. Celle-ci a été faite pour être utile durant l’Euro. Ainsi, le gouvernement se devait de la lancer au plus tôt. C’est pour cela que des améliorations sont à venir puisque l’application permettra aussi d’informer les gens sur les incidents climatiques qui se déroulent autour d’eux.  Mais alors, si l’application est encore en cours d’améliorations, est-ce qu’elle est vraiment utile ?

Même si elle permet de se tenir au courant, son organisation suit un schéma vertical. Le gouvernement informe l’utilisateur, ce dernier n’a, par exemple, pas la possibilité  d’envoyer des informations au gouvernement, comme des photos, des adresses.

SAIP

Le SAIP suit ce schéma vertical qui empêche l’utilisateur d’interagir avec le gouvernement

L’application devient donc assez limitée. Alors même qu’elle devait empêcher les appels abondants des numéros de police et des secours, elle pousse le consommateur à contacter ces institutions puisqu’aucun contact de substitution n’est proposé à travers le SAIP.

Qui plus est, l’application ne parvient pas aussi à pleinement remplir un de ses objectifs principaux qui était d’empêcher la saturation du réseau lors des évènements. On sait que pendant les derniers attentats, il était difficile d’envoyer des sms ou d’appeler, tant le réseau était saturé. Or, c’est toujours le cas puisque ce n’est pas l’existence de cette application qui empêchera les utilisateurs d’appeler, lors des incidents,  leurs proches afin de savoir s’ils vont bien. D’autant plus que le SAIP utilise aussi la 3G et la 4G ( quand l’utilisateur est en dehors d’une zone wifi) ce qui revient à utiliser le réseau encore une fois.

Malgré tout, l’application parvient à être utile puisqu’elle donne à l’utilisateur les mesures à suivre en cas d’incidents. Ainsi, il est déconseillé aux parents de se ruer vers les écoles pour récupérer leurs enfants. Au contraire, il est préconisé de les laisser dans leurs établissements où des dispositifs sont élaborés pour les protéger. Cette information montre que le SAIP souhaite avant tout informer le consommateur sur les différentes mesures de crises qu’il ne connaitrait pas forcément.

Notez cet article !
Nombre de vote : 1

Articles similaires :

Quelles sont les inventions qui commencent à changer nos lendemains ?... Les portables, les télévisions mais aussi les ordinateurs que nous utilisons ne cessent de se perfectionner. Parallèlement, de nouvelles inventions ...
Pourquoi le film « Tamara » dérange-t-il par son casting ? « Tamara » sort ce mercredi 26 octobre dans les salles de cinéma. Le film scande sa volonté de mixité, d'ouverture, et de tolérance, et pourtant il a ...
COP23 – Peut on encore sauver la planète ? Depuis hier et jusqu’au 17 novembre,  les délégations, entreprises et sociétés civiles de 196 pays sont réunis à Bonn,  Allemagne,  pour la  COP23...
Comment trouver un emploi quand on est étudiant ? Les années étudiantes marquent l'entrée de certains(es) dans le monde du travail. Même si les motivations diffèrent (un travail alimentaire, un trav...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes recherches et mes enquêtes. J’espère que vous apprécierez mes articles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz