Manu et Vlad

Politique

Macron-Poutine : Que restera-t-il de la rencontre ?

30 Mai , 2017  

La président français a bel et bien plongé dans le grand bain de la scène internationale. C’est à Versailles qu’il a reçu Vladimir Poutine à l’occasion des 300 ans de la visite de Pierre le Grand en France. Un cadre idéal pour la normalisation tant attendue des relations entre la France et la Russie. Après « un échange musclé » où les deux dirigeants ont abordé les points de friction entre les deux pays, il semble qu’un nouveau départ a été donné dans les relations des deux pays. Que peut-on réellement déduire de cette rencontre.

En quête de légitimité

S’imposer : c’est le maitre mot de cette rencontre pour Emmanuel Macron. Après un premier tête à tête avec Donald Trump peu encourageant avec Donald Trump, le nouveau président français comptait prendre le taureau par les cornes en recevant Poutine. Après 5 ans de relations pugnaces sour Hollande, Macron cherchait à tourner une fois de plus la page et se distinguer de ces prédécesseurs. Le président adopta alors un style franc, n’hésitant pas à aborder les sujets qui fâchent et a répondre avec vigueur aux critiques qui lui étaient adréssées.

Depuis le début le message était clair : je suis le président. Habile dans la communication et dans la posture, Macron a minutieusement pratiqué l’exercice diplomatique. Réception en grande pompe à Versailles, attente d’un air stoïque dans la cour d’honneur, démarche virile dans la salle des armes, il fallait impressionner l’homologue et lui faire comprendre à qui il avait à faire.

Evidemment, le president golden-boy qui tient tête à l’ogre russe était une belle image pour le pays. Les français étaient en manque d’une figure forte pour représenter la grandeur de la France dans le monde. En quête de légitimité avant les législatives, Emmanuel Macron n’a donc pas été avare en efforts afin de paraitre président pour les français. Et l’exercice est plutôt réussi puisque l’opinion est favorable à la fermeté avec laquelle il a parlé au président russe. On retiendra une fois de plus le président français comme symbole de cette Europe « moderne et ouverte » qui tient tête à l’idéologie conservatrice Russe.

Toutefois, si en termes de communication la rencontre est une réussite, que peut-on en tirer réellement ?

La poursuite du statu-quo

Sans aller par quatre chemins : rien de nouveau sous le soleil, de Paris à L’Oural. Poutine est le véritable gagnant de la rencontre. le dirigeant russe s’en sort toujours à peine touché par la rencontre. Tenant sa posture de marbre habituelle, il est resté droit sur ses bottes face à un Macron qui a tenté de le déstabiliser sans succès. Plus fort encore, le président russe n’a pas hésité durant la rencontre à se poser comme défenseur du monde occidental face à la décadence que représenterait son homologue.

Nous pouvons observer ce qui creuse le gap entre les deux hommes : l’expérience. Bien sur, Emmanuel Macron a eu raison a user de toute son énergie pour s’imposer face à Poutine. Mais, il a montré par toute cette énergie déployée son manque de maitrise de la diplomatie. Le président russe comme toujours encaissait, jouait avec la situation, maintenait l’éternel statu-quo dont il bénéficie. On entend souvent dans les médias que « la diplomatie russe se base sur un rapport de force ». En judoka confirmé, Poutine a su neutraliser l’agressivité de son adversaire et gagner par le temps.

Rien ne pouvait sortir de cette entretien. Si les rapports entre Français et Russes se sont distendus, la situation reste bloquée. Les intérêts des deux pays divergent toujours autant, les valeurs de leurs dirigeants sont quasi-opposées. Ainsi en Syrie, Emmanuel Macron a reconnu la nécessité du maintien de l’Etat Syrien mais est prêt a agir en cas de nouvel emploi des armes chimiques. Poutine botte en touche sur le cas des homosexuels en Tchétchénie. Des gaps qui semblent insurmontables et que seul le temps pourra combler.

Toutefois, le président français représente toujours un risque pour Poutine : l’Europe. Macron est reconnu en Occident et l’image audacieuse qu’il se forge peut dans les années à venir en faire un acteur majeur de la scène politique. Un duel a suivre pour les années à venir.

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

: qu’est-ce que le Brexit et quels en sont les enjeux ? A 2 semaines du référendum en Grande-Bretagne qui déterminera si, oui ou non, le pays reste dans l’Union Européenne, petit point sur la situation. ...
Europe : l’union est-elle encore possible ? Lundi dernier, les principaux dirigeants de l’Union Européenne se sont prononcés en faveur d’une nouveau modèle pour l’Europe : fini l’uniformité, p...
Que penser du traitement médiatique de la manifestation de Bobigny ? « Bobigny : un risque d'embrasement des banlieues est-il à craindre ? », RTL. « Banlieues : face aux incidents, le gouvernement appelle au calme », ...
Que penser d’un événement féministe non-mixte ? Le 7 mars était célébrée la journée de la femme. A l'occasion, une réunion féministe non-mixte était organisé à l'UQAM, prestigieuse université mont...
Joao
Je m’appelle Joao et je suis chroniqueur chez Juste 1 Question. Je cherche à vous informer sur l’actualité mondiale de façon simple, concise et avec un grain d’humour. Je veux que vous puissiez appréhender chaque info. Pour cela, je compte toujours aller à l’essentiel et vous apporter les faits et mes analyses sans fioritures. Bref, mon but est de vous montrer que vous pouvez comprendre ce qui vous entoure en vous posant juste 1 question.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz