TPMP

Culture / Divertissement

L’émission « Touche Pas A Mon Poste » (TPMP) est-elle devenue une téléréalité ?

4 Avr , 2016  

Plus besoin de présenter « Touche Pas A Mon Poste », de 19h à 21h, l’émission divertit plus d’un million de Français. Récemment, il a été question d’un voyage des chroniqueurs de l’émission à Las Vegas. Durant plusieurs semaines, le doute demeurait, c’était difficile de savoir qui étaient les chroniqueurs qui iraient à Vegas. Le traitement de ce voyage a permis de comprendre que « TPMP » est définitivement entrée dans un nouveau genre, celui de la téléréalité.

Y-a-t-il une scénarisation de l’émission ?

Dans « TPMP », on se demande parfois, comme dans certaines émissions de téléréalité, si les actions et les paroles de certain(e)s sont spontanées. L’exemple le plus frappant étant le comportement de Gilles Verdez, dans l’émission, il est connu pour ses véritables « coups de gueule ». Or, lorsqu’il est sur Itélé ou RMC, en tant que journaliste sport, il a un tempérament totalement différent. Beaucoup plus tempéré et moins exubérant, comme le montre cette vidéo.

Alors, soit Gilles Verdez est bipolaire, soit il est le parfait représentant du jeu d’acteur inhérent à « TPMP ». Le changement de comportement de Mathieu Delormeau est également symptomatique de cela. Entre NRJ12 et D8, l’animateur a procédé à un changement de ton, de personnalité, s’adaptant ainsi à l’émission, quitte à ce que son comportement provoque une légère polémique dans les médias1. Tout comme lors d’une émission de téléréalité, ce qui attire le spectateur est de se demander si ce qu’il voit est le fruit d’une action spontanée ou d’une scénarisation. Avec les comportements de Gilles Verdez et de Mathieu Delormeau, le doute est permis.

Cependant, la spontanéité de certaines actions vient troubler le jugement. Parti d’un hashtag, d’une demande des fans, le voyage à Vegas a été organisé par Cyril Hanouna dans son émission. C’est cette capacité à s’adapter qui fait de « TPMP » une téléréalité d’un nouveau genre, où le téléspectateur a l’illusion d’écrire le script. L’émission serait comme une pièce de théâtre où le spectateur peut écrire, de temps à autre, une et une seule réplique. C’est le même principe que le site Braineet qui permet à des utilisateurs de proposer des idées aux marques pour qu’elles appliquent les plus intéressantes. Avec ce site, le consommateur a l’impression d’être plus proche de sa marque, il a l’impression qu’elle l’écoute. Avec les réseaux sociaux, le téléspectateur a l’impression d’être plus proche de son émission, de la rendre encore plus spontanée.

Comme une envie de réduire la distance avec le téléspectateur.

« On se dit tout » ou « Je dis tout aux téléspectateurs », ces mots sont souvent utilisés par Cyril Hanouna avant qu’il ne dise une anecdote sur lui ou ses chroniqueurs. C’est aussi ce qui fait de « TPMP » une téléréalité différente. Le spectateur suit les chroniqueurs, il évolue avec eux. Il ne fait pas que se divertir, c’est un véritable rendez-vous quotidien. Sauf qu’à l’inverse de certaines émissions quotidiennes, il n’est pas question de voir une personne se dévêtir dans un loft. Ce n’est pas l’intimité physique qui compte dans « TPMP », même si certaines séquences peuvent le laisser entendre2, ce qui importe vraiment c’est l’impression de connaître la personnalité des chroniqueurs. La vidéo suivante le prouve. Il faut tout connaître des chroniqueurs, même leurs sex-toys. 

C’est aussi pourquoi certains nouveaux chroniqueurs ont tant de mal à s’adapter. « TPMP«  n’est pas qu’un condensé de coups de gueule, il faut aussi donner l’illusion de transparence aux téléspectateurs. Ainsi, c’est aussi parce que La Fouine peinait à y arriver que sa présence n’a pas marqué l’émission. C’est aussi parce qu’il criait plus qu’il ne donnait l’impression de se révéler, qu’il a eu du mal à s’adapter. L’adaptation est nécessaire car c’est au nouvel arrivant de faire l’effort pour intégrer la bande. Les acteurs de celle-ci ne peuvent plus changer les grands traits de leurs personnalités, déjà fixées auprès du téléspectateur. « TPMP«  devient donc un véritable jeu, plus complexe qu’il n’y paraît. Pour y jouer, il faut être spontané, drôle, accrocheur.

La règle d’or : le rythme dynamique.

Contrairement au vendredi, où c’est beaucoup plus calme, les autres jours sont présentés par Cyril Hanouna. Ce sont les jours où l’audience est la plus forte, les téléspectateurs sont attirés par ce rythme rapide, où happening et coups de gueule s’enchaînent. La pensée doit être développée de manière sommaire. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles certains chroniqueurs sont parfois remis en place quand ils « cassent l’ambiance » et ralentissent donc le rythme. L’exemple d’Isabelle Morini-Bosc et ses anecdotes parfois moquées, sans que ce soit à juste titre, est le plus frappant. Là encore, « TPMP » se rapproche d’une téléréalité. C’est parce qu’il faut que le nouveau téléspectateur soit accroché dès les premières secondes, que l’émission est si dynamique. Mieux vaut parcourir toute l’actualité pour que chacun y trouve son compte. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’usage de la vulgarité et d’un humour trash n’est pas refusé. Bien au contraire, il est plus fédérateur qu’on ne le croit.

L’humour trash et la vulgarité au service de l’audience.

Si TPMP est une émission de divertissement que beaucoup regardent pour se détendre après le boulot, c’est aussi parce que tout y est permis. Ainsi, contre toute attente, l’émission qui use de beaucoup de vulgarités et d’un humour trash se permet de critiquer les émissions qui font de même comme, à tout hasard, celles de téléréalités. Le plus grand exemple de cette critique étant Enora Malagré. La chroniqueuse refuse d’accorder de l’importance aux émissions comme « Les Anges de la Téléréalité ». Elle soutient son point de vue par le fait que ces émissions abrutissent les jeunes et leur donnent un mauvais exemple. Or, dans les grandes lignes, « TPMP » et « Les Anges » sont similaires. Clash, coups de gueule, phrases chocs sont utilisés. Si la forme est parfois plus aseptisée, notamment pour TPMP le coeur reste le même. Les polémiques externes alimentent même l’émission.

La dernière en date, celle de Society, est la preuve de la façon dont « TPMP » s’adapte à ses critiques et les réutilise pour gagner en audience. Le jour où Cyril Hanouna devait parler du cas Society, il a bien tâché d’en parler en fin d’émission pour que le public reste jusqu’au bout. C’est un peu ce côté people voire carrément putassier qui permet à l’émission d’atteindre certains pics d’audience. Plus on en parle et plus l ‘émission grandit. Récemment, le Zappeur Fou a également été propulsé sous le devant de la scène car il révélait quelques informations peu glorieuses sur l’émission. Les chroniqueurs se sont empressés de lui répondre lors de l’émission et sur les réseaux sociaux. Même en dehors de l’émission, certains gestes des chroniqueurs sont faits pour l’alimenter. Ce comportement, cette réutilisation à son compte de l’actualité dénote de la capacité de « TPMP«  à un véritable feuilleton du réel.

Qu’apporte ce rapprochement avec la téléréalité à l’émission ?

Le pseudo-feuilleton a été encore plus visible lors des épreuves des chroniqueurs pour aller à Vegas. En filigrane, les épreuves laissaient entendre aux téléspectateurs la question : «  Vont-ils tous aller à Vegas ? ». Une question que peuvent se poser les téléspectateurs des Anges, notamment lorsqu’ils se demandent si chaque participant réussira sa mission. Nonobstant, toutes ces histoires ne sont que des prétextes pour faire des actions plus ou moins drôles. Le public demande du renouvellement et c’est aussi ce que permet ce rapprochement de « TPMP«  vers la téléréalité. Les scénarisations artificielles transforment la forme mais le fond demeure, pour le plaisir des fans.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner !   Twitter juste1question FB Juste1question

Notez cet article !
Nombre de vote : 2

Articles similaires :

JP Manova, ou comment être totalement libre de créer ? On a rencontré JP Manova dans les backstages de la fête de l'Humanité. Entre son concert très réussi et une apparition surprise sur scène avec le grou...
DJ Weedim est-il le nouveau grand producteur du rap français ? DJ Weedim a toujours été prolifique, assurant les premières parties des plus grands noms du rap américain (Young Thug, Migos,...), mixant en club, pro...
Juste quelques questions à Mike Lucazz Il a fait les premières parties des concerts de Rohff avec d'autres artistes, le rappeur Mike Lucazz répond à nos questions. L'occasion pour nous de...
DreamNation : le paradis du fan d’électro ? Du 22 au 24 Septembre avait lieu le DreamNation Festival, nous étions présents à la soirée principale du 23 septembre, l'occasion pour nous de déc...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes recherches et mes enquêtes. J’espère que vous apprécierez mes articles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz