matsapin

Bande-dessinée / Manga,Culture / Divertissement

A quoi ressemblent les coulisses de l’Elysée ?

28 Juin , 2016  

C’est à cette question qu’essaye de répondre Mathieu Sapin dans sa BD, le Château : une année dans les coulisses de l’Elysée. Après avoir suivi François Hollande durant sa campagne présidentielle, le dessinateur s’est lancé dans un nouveau projet. Celui de raconter dans le Château les événements auxquels il a assisté pendant un peu plus d’un an (puisque les incidents meurtriers de Charlie Hebdo sont abordés à la fin de l’ouvrage). La plume et le trait du dessinateur rendent le reportage moins conventionnel. Il parvient ainsi à faire un reportage aussi captivant qu’original.

Les choix artistiques faits par le dessinateur pour se mettre en scène.

Dès le début, le dessinateur se met en scène, notamment en se représentant de manière caricaturale. Pour qu’on le reconnaisse facilement, il se dessine de très petite taille, comme un enfant. Tout comme la plupart de ces derniers, Mathieu Sapin fait preuve d’une grande curiosité. Le reportage dans les coulisses de l’Élysée s’inscrit donc dans une visée euristique. C’est pour cela que parfois Mathieu Sapin se comporte et se met en scène comme un présentateur du journal télévisé. Il est celui qui transmet l’information.

Doc 28 juin 2016 11-21 Page 2

La mise en page accompagne aussi le propos du dessinateur. Il raconte une histoire circulaire, pleine de répétitions, où il a fallu contacter plusieurs personnes et persister pour avoir accès aux coulisses de l’Élysée. Faire appel à ses contacts, les relancer perpétuellement. Comment ne pas y voir un parallèle avec la persévérance dont doit faire preuve un journaliste à la recherche d’une information ?

Cependant, le parcours euristique de Mathieu Sapin est souvent entravé par le fait qu’il ne soit pas souvent informé de ce qu’il se passe. Plusieurs fois, il apprend l’information dans le journal alors même qu’il était supposé être aux premières loges. L’exemple de la destitution d’Aquilino Morel est assez frappant. Mathieu Sapin l’apprend dans le journal alors qu’il avait l’opportunité d’être au courant avant tout le monde, puisqu’il côtoyait Aquilino Morel à l‘Élysée.

Doc 28 juin 2016 11-21 Page 7

Qui plus est, la page 91 souligne également le fait que Mathieu Sapin se met en scène comme un homme perdu dans ce flux d’informations. Il apprend par les autres journalistes que Christian Gravel aurait donné sa démission. Or, Mathieu Sapin est en contact perpétuel avec Christian Gravel, le conseiller presse et communication de l’Élysée. Cette mise à l’écart du dessinateur passe par le dessin. On l’y voit perdu. Ainsi, sa petite taille prend un nouveau sens, celui de l’importance minime que les autres lui accordent. Mis à l’écart, le dessinateur se contente de penser. Pourtant, même s’il est le dernier au courant, Mathieu Sapin nous apprend le véritable fonctionnement de l’Élysée.

Une vision ludique du microcosme élyséen

C’est avant tout grâce à la mise en page très ludique du reportage-BD que l’on apprend les anecdotes et le fonctionnement des rouages de l’Élysée. Ainsi, à certains moments Mathieu Sapin fait des pages plus légères où il arrive à nous fournir une information sur l’Élysée comme à la page 15 où il s’entretient avec Evelyne Richard, « la doyenne de la maison (…) en charge de l’organisation au sein du service ». Il utilise la dernière moitié de la page 15 en l’intitulant « anecdote ». Comme son nom l’indique, il s’agit d’une anecdote que Mathieu Sapin tente de soutirer à Evelyne Richard. Par conséquent, la bande dessinée et le journalisme, à cause de l’envie du dessinateur d’obtenir des informations, s’unissent pour créer un mélange original et ludique.

Toutefois, cet aspect ludique est parfois tempéré par un des choix esthétiques de Mathieu Sapin : le foisonnement d’informations. Il n’y a pas que dans Le Château que Mathieu Sapin dessine des pages très riches en textes. Dans Journal d’un journal où il était au sein du quotidien « Libération », il dessinait déjà des pages avec beaucoup plus de textes que dans Le Château. Cette habitude peut en désarçonner quelques-uns mais elle permet d’avoir une information dense qui brasse tout ce que le dessinateur a vécu. Certaines informations sont de véritables exclusivités comme lorsqu’il a pu voir le bunker du président. Ainsi, le choix esthétique est aussi parfois un moyen de se rapprocher de cette volonté euristique.

Le lien entre les journalistes et l’Elysée

Mathieu Sapin devient donc un journaliste non avoué en faisant un reportage sur l’Élysée mais aussi sur le monde du journalisme. L’envers du journalisme, l’explication de ce qu’est un Off, tout cela est analysé. Mathieu Sapin montre de quelle manière le Off est traité par les journalistes. Ce que leur dit le président durant ces Off sera présenté dans les journaux comme des informations provenant de l’entourage du président

C’est ce commun accord, ce lien intime entre presse et politique, que le dessinateur retranscrit. La page 110 où le président met en scène son passage télévisuel avec les journalistes souligne bien cette alliance entre le chef de l’État et les journalistes. Après avoir fini d’enregistrer sa séquence télévisuelle, le président revient sur ses pas afin de demander si la prise était bonne. Il devient ainsi le réalisateur de ses propres apparitions télévisuelles.

Doc 28 juin 2016 11-21 Page 4

Malgré cette proximité, les journalistes restent tout de même indomptables, quitte à parfois passer pour des êtres impitoyables. Ils veulent l’information la plus intéressante, le scoop. Toujours à la page 110, Mathieu Sapin se prend au jeu en disant que la mort d’une journaliste indépendante en Centrafrique ferait « un finale génial » pour un article. C’est à la case suivante que le dessinateur se rend compte de son erreur et ajoute « Quel connard, pourquoi je dis ça !? C’est pas du tout génial comme finale, il y a une fille qui vient de se faire tuer… ». En plus de montrer à quel point il est facile d’entrer dans la dynamique des journalistes qu’il côtoie, Mathieu Sapin fait aussi preuve d’un esprit journalistique en assurant son honnêteté intellectuelle aux lecteurs. Ce passage de la page 110 et ce commentaire autocritique du dessinateur auraient pu être passés sous silence. Pourtant, il les a retranscrits, c’est bien là une preuve de son honnêteté, et de son envie de dire tout ce qu’il a vu et entendu. Il respecte donc le pacte qu’il a fait avec les lecteurs, un pacte journalistique.

Doc 28 juin 2016 11-21 Page 5

Avec Le Château, Mathieu Sapin arrive à éviter que son reportage-BD soit une copie de ceux des autres médias. Cela est possible car le dessinateur explore des horizons peu communs. Le lien entre l’Élysée et les journalistes est ainsi abordé. Cela amène Mathieu Sapin à devenir à la fois journaliste, spectateur et dessinateur.

Notez cet article !
Nombre de vote : 3

Articles similaires :

Ghost in the Shell : le whitewashing hollywoodien de trop ? L’événement cinématographique du mois, c’est la sortie de la bande-annonce de la nouvelle production hollywoodienne de Rupert Sanders. Le film...
Pourquoi le nouvel album de Grandaddy devrait-il être le plus attendu ... Les albums de Kanye West, Rihanna, David Bowie, Beyoncé et Radiohead sont déjà sortis. Celui de Frank Ocean ne sortira sans doute jamais. Que reste-t-...
Pourquoi redécouvrir l’oeuvre de Prince ? Le 21 avril 2016, Prince était retrouvé décédé dans l’ascenseur de sa demeure. Après plusieurs nuits sans dormir, et autant de séances dans son stud...
NORD est-il vraiment un artiste glacial ? A l'occasion de la sortie de son EP le 8 avril, nous avons décidé d'interviewer NORD. C'est dans son studio d'enregistrement, au cœur du 18ème arron...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes recherches et mes enquêtes. J’espère que vous apprécierez mes articles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz