north-korea-1151137_960_720

Histoire,Politique

[Japon] Que sont devenus les disparus du régime nord-coréen ?

21 Juil , 2016  

Dans la nuit du 18 au 19 juillet, la Corée du Nord a de nouveau procédé à un lancement de missiles en direction de la mer du Japon. Une décision qui illustre des tensions latentes entre, d’un côté, la Corée du Nord, et de l’autre, la Corée du Sud et le Japon. C’est l’occasion pour nous de revenir sur un facteur majeur de tensions dans la zone. De 1977 à 1983, la Corée du Nord aurait commandité entre 15 et 100 enlèvements de Japonais. Pour un certain nombre des disparus, le mystère reste entier.


Opacité des dossiers

            De nombreuses interrogations subsistent encore aujourd’hui au sujet des disparus. Le motif des enlèvements reste assez flou, même si plusieurs hypothèses ont été émises ; pour les femmes en particulier, nombreux sont ceux qui pensent qu’elles furent enlevées pour servir de femmes, ou d’esclaves, à des dignitaires nord-coréens ou à des militaires. De manière plus générale, les enlèvements sont sans doute liés à une volonté de se renseigner sur l’un des « ennemis capitalistes » de la Corée du Nord, en en apprenant la langue, les coutumes… Les théories sur ces disparitions sont assez variées, d’autres imputant même à Shinzo Abe d’avoir orchestré lui-même ces kidnappings, espérant ainsi les exploiter pour justifier un renforcement de la militarisation japonaise et permettre au nationalisme japonais de gagner en légitimité.


            L’opacité repose aussi sur le nombre de personnes enlevées. La Corée du Nord a longtemps nié ces enlèvements, et continue à nier être à l’origine de plusieurs d’entre eux. Si des excuses publiques ont été faites en septembre 2002 -au moment où le premier ministre japonais Junichiro Koizumi s’était rendu à Pyongyang pour apaiser les tensions entre les deux gouvernements-, seuls 13 enlèvements sont aujourd’hui reconnus par la Corée du Nord. Le mystère reste entier pour de nombreux disparus, au sujet desquels les informations restent minimes (une lettre reçue, un témoignage d’un nord-coréen ayant fui son pays…). Dans plusieurs cas, la Corée du Nord a affirmé qu’ils étaient décédés, avant d’admettre en 2004 que plusieurs des certificats de décès étaient des faux. La rétention d’informations, si caractéristique du régime de la dynastie des Kim, se montre sous son plus beau jour.  Presque 40 ans après, impossible de savoir ce qu’il est advenu de tous ceux qui n’ont pas été rapatriés, et dont il ne reste aucune trace. Encore aujourd’hui, seuls 17 disparus sont reconnus comme tels par le gouvernement japonais.



Le grand troc des kidnappés

            Comme à son habitude, la Corée du Nord marchande. Alors que le Japon réclame depuis des années le retour au Japon des personnes enlevées –dont la plus jeune a 13 ans-, la Corée du Nord recule, concède, tente des négociations qui n’ont ni queue ni tête. Elle accepte notamment en octobre 2002 que certains reviennent momentanément au Japon, à condition qu’ils reviennent en Corée du Nord ; demande qui ne sera évidemment pas respectée par le Japon qui refusera de renvoyer ses citoyens, cessant ainsi toute négociation avec Pyongyang. Cette demande concernait 5 Japonais. La situation est aussi compliquée pour les enfants des disparus, nés en Corée du Nord, et dont les familles essaient désespérément de les faire revenir au Japon.

            Les circonstances de ces enlèvements et le destin des disparus sont autant d’informations qu’il semble impossible d’obtenir de la part du pays le plus fermé du monde. Une fois passée la frontière, les traces de plusieurs des kidnappés disparaissent, et ce dans l’impuissance (et l’impunité ?) générale.

Notez cet article !
Nombre de vote : 3

Articles similaires :

Macron-Poutine : Que restera-t-il de la rencontre ? La président français a bel et bien plongé dans le grand bain de la scène internationale. C’est à Versailles qu’il a reçu Vladimir Poutine à l’occas...
Mort de Jo Cox : peut-on parler de récupération politique ? La Grande-Bretagne a perdu une députée : Joe Cox a succombé aux blessures infligées par son agresseur. Ce dernier est tantôt qualifié de "déséquilib...
Pourquoi la question kurde est-elle un casse-tête pour les relations i...  Le 25 septembre prochain, cinq millions de kurdes irakiens voteront pour leur indépendance. Ce référendum ne sera pas le dénouement final pour ce...
l’Etat de droit made in Turquie : l’éternel retour de l’exécutif auto... le 5 janvier dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’exprimait à Paris. Objectif de sa visite : sortir de l’isolement international en r...
Clélia
J'écris surtout dans la catégorie Société. J'aime lire, voyager et découvrir ! Je m'intéresse beaucoup à l'actualité, et espère vous transmettre mon envie de la comprendre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz