itele

Société

iTélé : la chaîne va-t-elle couler ?

1 Nov , 2016  

Alors que le dix-septième jour de grève vient d’être annoncé, la question du futur d’iTélé devient de plus en plus inquiétante. Certains voient en cette grève une action sans issue, d’autre une véritable preuve de courage. Pourtant, le flou demeure et la situation s’enlise (ou presque). On en vient même à se demander si une fois la grève terminée, la chaîne pourra à nouveau rebondir.

La source de la grève

Si ce qui a déclenché la grève est l’arrivée de Jean-Marc Morandini le 17 octobre sur la chaîne d’information, force est de constater que c’est surtout le remaniement qu’avez auparavant démarré Vincent Bolloré qui est au cœur des protestations. En effet, en vue de créer Cnews (le nouveau nom d’iTélé) qui sera une chaîne bâtie sur « le cinéma, la culture, le sport et l’international« , Vincent Bolloré n’a pas hésité à remercier, entre autres, la directrice générale de la chaîne et la directrice de la rédaction. L’hécatombe se prolongeant, l’ambiance est donc devenue plus tendue dans les locaux de la chaîne. En remplaçant les têtes pensantes de la chaîne, Vincent Bolloré s’assure ainsi que la vision qu’il a d’iTélé puisse être appliquée sans entraves. C’est désormais une chaîne plus axée sur l’infotainment qui va être bâtie. L’actualité, si chère à iTélé, ne ferait donc plus partie des points clés de la chaîne.

L’arrivée de Jean-Marc Morandini, mis en examen pour corruption de mineur aggravée à la suite des révélations des Inrocks, n’a donc été que le déclencheur. Si les grévistes sont contre Jean-Marc Morandini c’est aussi parce qu’il est un symbole de ce qu’ils rejettent : la capacité de Vincent Bolloré à imposer tout ce qu’il souhaite. C’est d’ailleurs pour cela que dans les revendications de la chaîne, il y a :  » la définition d’un projet stratégique et éditorial clair« .

 

 Il y a une véritable envie de savoir où se dirige la chaîne. A ces demandes, la direction d’iTélé a répondu par la création d’une « clause de conscience » permettant aux journalistes réfractaires à la méthode Bolloré de quitter la chaîne. Déjà plusieurs noms ont ainsi abandonné le navire. La dernière en date étant Amandine Bégot. Quitter la chaîne devient ainsi un acte symbolique fort, qui souligne l’ampleur de la grève.

Un bras de fer perdu d’avance ?

Si autant de soutiens afflux que ce soient du Petit Journal, des confrères journalistes ou encore du Prix Albert Londres, est-ce parce que tous ne souhaitent pas que les grévistes abandonnent trop vites ?

A la vue de cette crise, il y a une résignation du public, comme si tout le monde à part les journalistes était persuadé que contre les puissants actionnaires la bataille est vaine. C’est d’ailleurs pour cela que certains voient en cette grève et son dénouement une chute annoncée d’iTélé. Que ce soit par une défaite ou une victoire des salariés, plus rien ne sera jamais pareil à iTélé. Si la chaîne va prendre une direction éditoriale assez différente de ce que l’on a l’habitude de connaître, est-ce que pour autant elle rencontrera le succès attendu ? Le pari risqué de changer le contenu de la chaîne, surtout de cette manière, pourrait amener le public à boycotter la chaîne et ses programmes. En tout cas, une chose est sûre, la grève des salariés est un acte fort qui souligne leur intégrité. Rien que pour cela, ils méritent un véritable soutien tant psychologique que financier (une cagnotte pour les aider à d’ailleurs été ouverte)

Notez cet article !
Nombre de vote : 1

Articles similaires :

Rodrigo Duterte vs la justice internationale : « Oubliez les droits d... «  Oubliez les droits de l'homme, si je deviens président, ça va saigner » Le ton était donné par le candidat Rodrigo Duterte avant même son élection,...
Affaire Alstom : Question économique ou problème politique? C'est certainement le débat économique de cette rentrée : Alstom, le géant français annonce mettre fin aux activités du site historique de Belfort. L’...
Le PS va-t-il exploser ? Est-ce la fin de l'unité du PS (Parti Socialiste) ? La question est sur toutes les lèvres depuis le départ du gouvernement de Christiane Taubira, su...
La classe populaire blanche déclassée en France : fantasme ou réalité ... À l'approche de la présidentielle, un grand thème commence à prendre le pas sur les autres : l'idée que des « blancs » relégués, dans l'ombre, périp...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes enquêtes.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz