Tee Grizzley

Interview,Musique

[Interview] Tee Grizzley, ou l’urgence de faire entendre sa voix

16 Mai , 2018  

7 Novembre 2016 : Tee Grizzley, fraîchement sorti de prison, sort le titre « First Day Out ». Celui que l’on connaissait sous le nom d’AllStar Tee prend un nouveau départ impressionnant avec ce titre aussi mélancolique que revanchard. Le carton est immédiat. Le titre aujourd’hui plafonne à 80 millions de vues. Depuis, la réussite ne quitte pas le jeune rappeur. Il signe chez 300 Entertainment, sort une première mixtape, My Moment, pleine de rage, enchaîne les collaborations variées, et contribue à mettre sa ville, Détroit, sous le feu des projecteurs. Plus d’un an plus tard, Tee Grizzley sort son premier album : ACTIVATED.  S’il n’a pas perdu la hargne et la sincérité qui l’ont fait connaître, l’album sonne comme plus apaisé, plus heureux, que sa première mixtape. Ce n’est pas pour autant que Tee n’a plus rien à dire. La preuve dans une interview avec la nouvelle star du rap de Détroit que l’on a eu au téléphone, le jour de la sortie de son album.

Salut Tee ! Aujourd’hui, c’est la sortie de ton album, et on va surtout parler de cette actualité. Mais tout d’abord, je voulais revenir sur ta carrière. Tu es devenu connu de tous grâce à First Day Out, ton hit. Pour moi, tu es devenu une sorte de nouvel artiste avec ce titre, comme un phœnix renaissant de ses cendres. Tu as changé ton nom, ta musique, et tu as obtenu un vrai succès. Je voulais savoir comment tu avait fait pour entièrement reconstruire ton identité musicale pendant que tu étais en prison. Comment es-tu devenu Tee Grizzley ?

J’ai pris le nom de Tee Grizzley pendant que j’étais en prison. J’ai pris ce nom parce que je suis un mec impressionnant, je suis grand, je suis massif, et je suis agressif,… Je suis agressif parce que je dois l’être, tu vois ce que je veux dire ? Et d’un point de vue du renouvellement de mon art, de ma musique, je sais que ce que les gens ont apprécié chez moi c’est que j’étais transparent. Je parlais de ma vie. Je leur ai dit de vraies choses et je sais que c’est ça que les gens aiment chez moi. C’est comme ça que je suis devenu Tee Grizzley.

Après ce premier jet, tu as publié ta première mixtape, My Moment. Pour moi, ce titre était prophétique, parce que c’était, de fait, ton moment. Étais-tu confiant quant au succès de ta mixtape quand elle est sortie ?

Je vais être honnête avec toi mon gars. Je ne pensais pas que cela allait être comme ça a été. Je pensais que j’allais avoir le support de tout Detroit… Et au final j’ai eu le soutien du monde entier. C’était un moment magique pour moi.

Pour moi, cette mixtape délivre une sensation d’urgence. Comme si tu avais plein de choses à dire, au sujet de ton passé, de la prison, de ton futur,… Et dans cette mixtape, tu dis tout ce que tu as à dire. Tu peux même le dire sans un beat, comme dans le morceau d’introduction. Est-ce que tu as senti ce même sentiment d’urgence en faisant la mixtape ?

Oui, c’était quelque chose de vraiment urgent. Parce qu’il y a beaucoup de gens… Ils sont allés là où je suis allé [NDLR : My Moment fait suite à la sortie de prison de Tee Grizzley]. Et nous n’avons pas de voix, notre voix n’est pas audible. Ma musique, elle est faite pour ces gens qui sont en prison, et qui habitent dans le ghetto, qui n’ont pas de voix. Donc oui, c’était urgent.

Ton album, ACTIVATED, est moins spontané, plus contrôlé. Comment as-tu travaillé ? As-tu travaillé différemment ?

La différence, c’est surtout que j’étais dans deux endroits différents. Quand j’ai écrit My Moment, j’étais en prison. C’était un endroit noir, stressant, déprimant. Et c’est de tout ça dont j’ai tant parlé. Quand j’ai fait ACTIVATED, je me suis énormément amusé ! J’avais les gens que j’aime autour de moi. J’étais dans l’industrie musicale, j’avais du succès,… Je vivais mon rêve ! C’étaient deux endroits différents. Je venais de la débrouille, de la prison, et maintenant je vis la meilleure vie possible !

Toujours dans ces différences, ton premier projet était produit presque entièrement par Helluva. Ici, tu as une vraie diversité de producteurs. Même si tu gardes ce son typique de Détroit, voulais-tu faire quelque chose de plus ouvert musicalement ?

J’avais un producteur central sur My Moment parce que… Un bon film n’a qu’un réalisateur ! Je voulais un son. J’ai demandé à Helluva de faire ça pour moi. Et il l’a fait, en l’emmenant dans différentes atmosphères. Mais sur cet album, je voulais aller à droite à gauche, voir ce que je pouvais faire avec les autres. C’est dans cet état d’esprit que j’ai fait tout le projet. J’ai réussi à garder le son de Détroit parce que je l’ai adapté. Je l’ai adapté à leurs beats. J’ai pris leurs beats et j’ai mis notre son dessus.

De même, il y a beaucoup de featurings sur l’album, alors qu’il n’y en avait aucun sur la mixtape. Comment as-tu fait ce choix ?

Sur My Moment, quand je suis arrivé dans le rap game, tu ne me connaissais pas encore, alors que les featurings de l’album, ils étaient déjà connus. C’est pour ça, sur la mixtape, je voulais dire qui j’étais, je voulais te dire tout de moi, ce que c’était que mon son, et après ça, collaborer avec des gens. Je ne voulais pas non plus avoir l’air d’un mec qui utilise la renommée des autres pour atteindre le sommet. Alors qu’en fait ce n’est que grâce à moi que j’ai percé. Je suis arrivé dans l’industrie comme un boulet de canon. Et maintenant, je suis prêt à collaborer avec les autres.

J’ai trouvé que cet album avait un son typique de Détroit, mais qu’il y avait aussi une vraie importance d’Atlanta dans l’album, notamment du point de vue des collaborations (London On Da Track, Lil Yachty, Jeezy,…). Ça m’a rappelé ton morceau « From the D to the A ». Étais-tu influencé par le rap d’Atlanta pour cet album ?

Je les ai définitivement emmené sur mon son. Tu sais, c’est bizarre pour moi, parce que… Je rappe d’une certaine manière. J’écris avant les beats, et après je les choisis. Parfois ils ne correspondent pas à mes sentiments, et je ne les prends pas. Donc pour moi, c’est vraiment au feeling que je choisis l’ambiance musical.

Celui que tu amènes de de manière frappante dans ton son, c’est Lil Pump, que tu fais rapper sur un beat typique de Détroit, composé par Helluva, et je voulais savoir comment cette connexion et ce morceau inattendus se sont faits.

Je travaille avec un ingénieur qui s’appelle Chris, et Chris voyage beaucoup, il rencontre beaucoup de gens. Un jour, il m’a fait rencontrer Lil Pump. On était là « Hey ! Pourquoi pas faire quelque chose ensembles ? ». On est allés au studio, et c’était super, on a fait quelques sons. C’était super spontané.

Avec cet album, tu apparais comme le rappeur de Détroit du moment, mais toute cette scène locale semble exploser. Te sens-tu un rôle de représentant, de porte-étendard de la ville ?

J’aime ma ville, donc j’ai définitivement une sorte de responsabilité par rapport à ça, pour les gens qui habitent ici. Une chose que je sais, c’est que j’ai vraiment une voix à Détroit, et ça réalise une sorte de rêve.

J’avais une dernière question sur Meek Mill, qui est un rappeur dont tu es très proche artistiquement : tu rappes honnêtement, intensément, sincèrement, avec ambition. Te sens-tu proche de lui artistiquement ? Maintenant qu’il est libre, as-tu envie de collaborer à nouveau avec lui, comme tu l’as déjà fait dans le passé ?

Je vais à coup sûr collaborer à nouveau avec Meek Mill. Bosser avec lui, c’est une source de motivation. Je vais le faire, sans aucun doute.

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Teddy The Beer : qui est l’artiste que les fameux « tops » de 20... Décembre : le moment pour fêter le jour de l'An, pour passer des moments en famille, pour regarder la neige tomber dehors, pour trouver le réconfort...
Londres et les Caraïbes : une belle histoire d’amour musicale ?... La scène underground de Londres n'a jamais été aussi dynamique qu'en ce début d'année. Si le grime est, depuis 2015, plus dynamique et visible que jam...
Juste1son : Chance The Rapper – All Night (feat Knox Fortune) https://www.youtube.com/watch?v=lkIUnRRH6l4 Plus d'un mois après la mixtape événement de Chance The Rapper « Coloring Book » et l'engouement crit...
Que s’est-il passé dans l’actualité musicale cette semaine... Toutes les semaines, Juste1Question vous livre son bilan, jour par jour, de la semaine musicale écoulée. Entre découvertes indés et stars internationa...
Guillaume
J'écris sur la culture – notamment la musique - et l'actu sur ce site. Sinon mes goûts musicaux se situent quelque part entre David Bowie et Meek Mill.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz