13723964_10153828230722613_8938765763310929065_o

Interview

[Interview] Juste quelques questions aux Balkan Beat Box

28 Nov , 2016  

Entre New-York et Israël, Balkan Beat Box, le groupe de musique aux plus de 10 ans de carrière a accepté de nous recevoir au café La Belle équipe à Paris. L’occasion pour nous d’aborder la sortie de leur nouvel album et leur rapport à l’évolution de la scène musicale européenne.

Qui sont les Balkan Beat Box ?

Quand on écoute vos chansons, on voit qu’il y a un véritable mélange de genres, électro, cumbia, reggae. Est-ce que vous aimez surprendre votre public ?

On n’essaye pas de le faire exprès. C’est juste que le mélange souligne notre envie de changement, d’évolution. Quand on compose, on aime bien faire des choses différentes, sinon on s’ennuie.

Shout it out !

Dans chacun de vos albums, vous essayez de transmettre un message. Par exemple, dans « Chin Chin » vous parodiez un peu les clips bling-bling. Est-ce que vous pensez que la musique doit forcément transmettre un message ?

Un message politique ? Pas forcément, il arrive juste qu’on dise ce qu’on a dans la tête. Cet album s’appelle Shout it out mais c’est le plus « in », c’est le plus personnel de nos albums. C’est sûrement l’album avec le moins de considérations politiques et le plus d’intériorisation.

Pourquoi avoir choisi cette pochette et ce titre pour l’album ?

On a choisi Shout it out car on vit dans une époque où il est important de dire ce qu’on pense que ce soit des messages politiques, surtout avec la montée des extrêmes en ce moment, ou des messages personnels.

Dans votre album, les sons « Mad Dog Chaser » et « The Town Chaser » sont différents des autres. Ils sont plus courts, plus lents. Est-ce qu’ils ont un sens particulier dans la structure de l’album ?

En fait, la structure de l’album s’est faite au feeling, on a mis un ordre qu’on appréciait. On s’est pas dits « Ah là, c’est plus tranquille donc on va le mettre là ». C’est un peu une question d’affinité.

Une chanson comme « Chin Chin » me fait penser un peu à Das Racist, ils mélangent l’électro, la musique orientale et l’humour. Est-ce qu’ils vous ont un peu influencé ?

Franchement, on ne connait pas Das Racist (Rires) mais on ira voir ce qu’ils font.

En france et en Europe, surtout à Berlin, la musique Balkanne est devenue assez populaire grâce aux soirées « Balkan Beat » de Robert Soko et DJ Tagada. Ils mélangent l’électro et le Balkan, un peu comme vous faites. Est-ce que vous avez déjà travaillé avec eux ? Que pensez-vous de la place qu’à prise la scène Balkanne en Europe ?

Ce sont des potes, on se connait un peu tous. On ne travaille pas vraiment ensemble. En revanche, on considère que l’on appartient à aucune scène. Bien sûr, on ne s’attendait pas à ce que la scène Balkan explose autant. Mais on a l’impression que tout a été fait, refait sur cette scène. Elle n’évolue pas, elle a été essorée et c’est pour ça qu’on ne s’en réclame pas. Nous, on aime surtout évoluer.

Le lien avec la France

Vous avez fait une chanson qui se nomme « Quand est-ce qu’on arrive ? » Pourquoi ce choix ? Est-ce que vous avez une histoire particulière avec la France ?

C’est parti d’une blague qu’on se fait entre nous. Souvent, quand on est avec Scott, notre manager, on demande toujours « Quand est-ce qu’on arrive à destination ? » Là, on a choisi ce titre car on demande souvent ça quand on est en France (Rires).

Vous allez bientôt faire des concerts en France, est-ce que c’est important pour vous de toucher autant de personnes que possible avec votre musique ?

Nous avons un très bon lien avec le public français, on a vraiment l’impression que c’est une scène qui comprend ce qu’on fait. Souvent comme notre musique évolue beaucoup, certains fans sont râleurs car on change mais le public français est toujours constant.

 

Dédicace à Juste1question

Juste 1 projet que vous souhaitez toujours accomplir ?

Les projets matérialistes ne nous attirent plus tant que ça. On a déjà beaucoup voyagé, on a déjà vécu plein de choses. On va juste dire qu’on essaye de faire de la bonne musique et qu’on aime qu’elle soit comprise. Nous sommes déjà en plein dans notre rêve là, notre musique a une résonance et on en est heureux.

 

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Madame Monsieur : un duo chic ? Vous les avez sûrement entendu grâce au titre Smile qu'ils ont fait avec Youssoupha : https://www.youtube.com/watch?v=PF1kolgR1v8 Nous sommes allé...
JP Manova, ou comment être totalement libre de créer ? On a rencontré JP Manova dans les backstages de la fête de l'Humanité. Entre son concert très réussi et une apparition surprise sur scène avec le grou...
Lili Poe : une chanteuse pleine de ressources ? Son dernier titre, Une larme, vient de sortir en clip vidéo. La chanteuse Lili Poe nous parle de ses inspirations et de ses futurs projets.Les d...
Sol Patches : la voix d’un autre Chicago ? On a eu la chance de poser quelques questions à Sol Patches, artiste rap transgenre de Chicago. L'occasion de revenir sur son excellent album As2Water...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes recherches et mes enquêtes. J’espère que vous apprécierez mes articles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz