dtb

Interview,Mode,Tendance

[Interview] Juste quelques questions à Jip Frenken, gérante de la marque : Dans Ton Bec

26 Juil , 2016  

Le beau temps et les soldes sont souvent l’occasion d’agrandir notre garde-robe. Mais dans ce flot de vêtements, il est difficile de faire la part des choses. Heureusement, la marque de vêtements Dans Ton Bec parvient à accrocher le consommateur grâce à des créations à la fois simples et originales. C’est pour nous en apprendre plus sur Dans Ton Bec que sa gérante, Jip Frenken, a accepté de nous en dire plus sur sa marque qu’elle définit comme « moderne, casual & street wear ».

Est-ce que tu peux rapidement te présenter ?

Je m’appelle Jip, j’ai 23 ans, d’origine néerlandaise, je suis arrivée en France à l’âge de 6 ans. Je suis passionnée par l’ornithologie, les tatouages, la mode et très sensible au développement durable. J’ai toujours été créative, et j’ai commencé à m’intéresser à la mode autour de mes 11 ans. Une fois le bac en poche je me suis enfermée pendant 1 an dans mon atelier à bosser sur des créations de prêt-à-porter avec l’intention de rejoindre l’école d’art & mode à Utrecht aux Pays Bas. C’est ce que j’ai fait, mais après un an et demi je saturais. L’ambiance de la haute couture est assez particulière et ne me correspondait absolument pas.

Je suis retournée en France, à Toulouse plus exactement, où j’ai fait un stage dans un shop de tatouage dans le but de devenir apprentie, puis tatoueuse. J’avais donc complètement chassé l’idée de me lancer dans la mode de ma tête et me suis plongée dans ma deuxième passion : le dessin. Étant tombée dans un shop à emmerdes, le stage a pris fin, pas d’apprentissage, je me suis donc retrouvée seule avec mes dessins, mes feuilles et mes stylos. C’est à ce moment que Dans Ton Bec est né.

Après deux ans, j’ai quitté Toulouse pour la Dordogne. Maintenant, je vis sur un petit bout de paradis, entourée de chants d’oiseaux, l’endroit parfait pour bosser !danston bec

Jip Frenken

Qu’est-ce qui t’a motivée dans la création de Dans Ton Bec ? Je sais que tu es aussi mannequin, c’est ce pied dans le monde de la mode qui t’a donné envie de te lancer ?

Le modeling n’a rien avoir avec DTB, même si beaucoup font la liaison il n’y a aucun rapport, je préfère même qu’on n’associe pas le fait que je pose à mon boulot. Depuis l’année que j’ai passé dans mon atelier, j’ai mûri l’idée de vraiment vouloir partager ce que je fais, de faire porter mes créations, que l’on parle de fringues ou dessins c’est la même chose. A Toulouse, j’avais l’envie d’encrer mes dessins sur la peau, mais une fois le stage terminé, je me suis dit que les faire porter sur des t-shirts pouvait être une bonne alternative et il fallait absolument que je trouve quelque chose à faire de mes dessins.

Mes potes m’ont motivée dès que j’en ai parlé, je me suis donc lancée aussi vite. Je ne pensais pas que ça prendrait cette ampleur à l’époque, mon but n’était vraiment pas de créer une marque, je voulais juste permettre à mes proches de porter mes créations. Une fois que j’ai balancé Dans Ton Bec sur les réseaux, ça a décollé, j’en étais la première surprise et je me suis dit que si ce que je faisais plaisait tellement, ce n’était certainement pas le moment de s’arrêter.

 

Dans ton bec

D’abord, pourquoi avoir pris le nom « Dans ton bec » ?

Cette question est très souvent posée et je prends un grand plaisir à l’expliquer à chaque fois. Je pense que si la plupart des gens peuvent facilement faire le lien entre « dans ton bec » et « dans ta gueule », c’est pas pour rien. Je viens d’un petit bled campagnard, j’y ai grandi parmi des personnes plus ou moins ouverts d’esprit et me suis retrouvée face à beaucoup d’incompréhension à mon égard. Pourquoi ? C’est pas à moi qu’il faut le demander, sûrement parce que mon but dans la vie n’était pas de reprendre l’entreprise familiale, de conduire les tracteurs ou encore de devenir aide soignante.

Quand je disais vouloir devenir « artiste » (paroles d’enfant) on se foutait de moi. Je n’ai jamais vraiment été populaire à l’école, j’étais plutôt le bouc émissaire, maintenant je suis chef d’entreprise (à mon âge) alors que ces autres jeunes bossent à la caisse d’un supermarché pour se faire un peu d’argent. Et ça, ça me fait rire. Dans Ton Bec est ma revanche. Et puis n’oublions pas le petit clin d’œil pour ma passion de l’ornithologie.

dtb3

Un aperçu des vêtements vendus par Dans Ton Bec

J’ai vu que tu fais la majorité des étapes de productions que ce soit le dessin des illustrations sur les t-shirts ou encore la gestion de la communication. Est-ce que c’est aussi ça l’originalité de Dans Ton Bec, un côté un peu artisanal ?

Ouaip, je bosse toute seule sur toutes les étapes de DTB mis à part la fabrication des matières premières et la sérigraphie. Je pense que c’est quelque chose d’assez important, pour moi en tout cas ! Je fais tous les choix par rapport à ce qui me tient à cœur, comme par exemple le choix des matériaux, coton bio et production équitable, à plusieurs c’est plus dur de se mettre d’accord. Cette entreprise est mon enfant, et je ne pourrais pas facilement lui donner un deuxième parent.

Je veux tout contrôler moi même, même si ça demande énormément de temps et d’investissement, je pense que c’est la chose qui me satisfait le plus en fait. De voir le boulot que je fais, ce qu’on me rend par la suite, et ce qu’il reste à faire. J’avoue que DTB prends une grosse ampleur et que c’est assez difficile à gérer seule par moments, c’est pourquoi j’ai fait appel à un ami pour aider sur la communication, c’est un test, on verra où ça ira mais je ne pourrai jamais accepter d’avoir plus d’employés. Le côté « artisanal » et « petite » entreprise fait aussi le charme de la marque, je ne vise pas du tout le ciel, je ne veux pas qu’elle devienne trop grande, il faut que ça reste assez personnel.

accessoires

Même sur les accessoires, les motifs restent dessiner de la main de Jip Frenken.

L’esprit Dans Ton Bec est aussi tout autre chose, j’adore le partage avec autrui, apprendre, aider, collaborer. C’est pourquoi je me rend disponible pour aider des jeunes entrepreneurs qui ont une idée en tête mais ne savent pas encore comment s’y prendre. Ah et un point important, sachant qu’on est dans le monde de la mode, chez Dans Ton Bec on ne parle jamais de « concurrence » pour moi ça n’existe pas.

Sinon, mis à part les accessoires, est-ce que Dans Ton Bec souhaite élargir ses produits en faisant par exemple des objets de déco ?

Il y a pleins de projets, un peu trop d’ailleurs haha! Je veux bien donner un avant-goût mais je n’en dirais que très très peu pour garder le suspens ou éviter la déception si ça ne peut se réaliser. Dans un premier temps, la gamme d’accessoires va s’agrandir. Je voudrais aussi agrandir les catégories de fringues, faire plus que des tops et sacs, mais ça demande beaucoup d’investissements donc je prendrai mon temps. Les objets déco, il y a quelques idées bien chouettes qui mûrissent, oui ! Et puis un dernier, qui pourrait plaire aux skateurs, mais je n’en dirais pas plus.

Quel est le futur projet que tu envisages ?


Un très gros projet est en route ! Enfin « en route » pas tout à fait encore, jeu de mot un peu naze je l’avoue. Je me projette dans quelques années en parlant de ça. Une boutique ambulante ! Le rêve d’aménager un bus en boutique et traverser la France pour ouvrir les portes dans toutes les villes. Ça va demander beaucoup de temps certes, mais c’est vraiment un projet qui me tient à cœur. Et l’envie de tatouer ne m’a pas quitté, ça arrivera un jour!

dtb2

Le prêt-à-porter

Dans la direction de Dans ton Bec, quel a été ton pire souvenir ?

La première chose qui me vient à l’esprit est plutôt globale, c’est le temps. L’attente des papiers, des dossiers à remplir, puis envoyer, toute l’administration dure juste trop longtemps. Je m’en suis bouffée les doigts plus d’une fois ! Avoir une énergie d’enfer, l’envie de commencer directement, de tout balancer et de faire exploser DTB, mais obligée d’attendre. Ça a bien duré quelques mois.

Est-ce que tu peux nous dire à quoi ressemble l’envers du prêt-à-porter ? As-tu une anecdote croustillante ?

J’ai pas vraiment d’anecdote. Mais la première chose dans le prêt-à-porter c’est la concurrence. Comme je le disais plus haut, j’ai horreur de ce mot. Il existe des centaines voire sûrement des milliers de plus ou moins petites marques de vêtements, il faut donc sortir du lot, se faire connaître, jouer sur la communication etc. C’est un peu comme un jeu pour certains, essayer de faire mieux que son voisin, mais c’est absolument absurde, sachant qu’on ne fait pas tous la même chose et que les clients ne sont pas des moutons, s’ils aiment une certaine marque ils achèteront quelque chose venant de celle-ci. Les personnes en dehors des entreprises ne le voient pas mais entre les gérants des marques la tension est palpable, ce qui crée une forme d’hypocrisie. C’est ce que je déteste le plus dans le monde de la mode, mais malheureusement c’est ainsi.

dtb4

Notez cet article !
Nombre de vote : 8

Articles similaires :

Juste quelques questions à Jonas et Marso, modèles pour TIAD et LUMPEN... C’est en 2013 que naît l’agence de mannequinnat de Khöln (Allemagne) Tomorrows is another day (TIAD) sous l’impulsion de son actuelle directrice a...
Soirée de lancement BOTH : quand Mode et Art contemporain se mélangent... La semaine de la Fashion Week Homme Printemps/Eté 2018 continue. Avant d'aborder le cœur des attentes : les défilés, nous vous avons parlé des évé...
Juste quelques questions aux Sunset Sons Les Anglais et Australiens Jory, Jed, Rob et Pete qui composent les Sunset Sons, un groupe indie-pop qui fera du bien à votre été, ont accepté de ré...
Juste quelques questions à Mike Lucazz Il a fait les premières parties des concerts de Rohff avec d'autres artistes, le rappeur Mike Lucazz répond à nos questions. L'occasion pour nous de...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes recherches et mes enquêtes. J’espère que vous apprécierez mes articles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz