Sans titre-2

A propos,Culture / Divertissement,Histoire,Politique

Le Houmous, un mets bien politique

11 Oct , 2018  


Plus de dix pays comptent le houmous dans leurs patrimoines culinaires. Ils sont presque autant à en revendiquer la paternité. C’est la  « guerre du houmous » ou comment une querelle culinaire reflète un conflit  idéologique et géopolitique bien plus grave.

ABCE8D6E-8979-4331-9564-9C47D0849A45

Avant de partir au Liban, je me réjouissais de me rendre au « pays du houmous ». Je ne savais pas encore à quel point cette appellation était politique. Là-bas j’ai appris que tous les pays du levant et des alentours se réclamaient de ce mezzé fait de purée de pois chiches mêlés à du citron, de l´huile d’olive et du tahini (crème de sésame)

« Dieu a inventé le houmous »

Deux pays se disputent particulièrement l’origine du houmous : le Liban et Israël.Les terres palestiniennes, la Syrie, la Jordanie, l’Egypte, la Grèce et la Turquie ne sont pas en reste. Un des arguments avancé par les pays arabes contre Israël : dans la langue, « houmous » veux dire pois chiches. On sait que le houmous, sous sa forme actuelle, est né aux alentours du 15ème siècle, et que la première recette connue à ce jour se trouve dans un livre de cuisine du Caire datant du 12ème siècle.Mais on trouve également une évocation du « : חומוס  » dans la Bible (pois chiche en hébreu) Cela fait plus de 9500 ans que le pois chiche est cultivé dans le croissant fertile. Il est d’autant plus compliqué d’en déterminer l’origine que les pays qui s’en revendiquent ont des frontières mouvantes, sans parler de la domination de l’Empire Ottoman qui a imposé sa culture pendant six siècles.

Le plus probable et le plus admis serait que le houmous a émergé à plusieurs endroits, à peu près à la même époque .

Il est ainsi coutume de dire dans la région que « Dieu a inventé le houmous » – Mais quel Dieu ?  Et si Dieu a bien créé le houmous, alors il faut faire le meilleur houmous pour l’honorer – la guerre du houmous n’est pas qu’une guerre de paternité.

CARTE_HOUMOUS

Pour gagner cette guerre du houmous, les belligérants ont laissé de côté les livres d’histoire. Le Liban, pays sûrement le plus actif sur le sujet, a notamment tenté une démarche juridique. En 2010, suite à une pétition,  l’Association des industriels libanais a demandé à la commission européenne de protéger l’origine libanaise du houmous. Elle a essuyé un refus, la commission déclarant que le houmous appartenait à la région entière, non pas à un seul pays.
Une autre arme très efficace pour gagner cette guerre : les médias. Et quoi de mieux pour attirer les caméras du monde entier que d’exposer un record international? En Octobre 2009, un restaurant libanais conçoit le plus grand houmous jamais fait. ( 5 tonnes environ). Quelques mois plus tard, le village israélo-arabe d’Abou Gosh bat de nouveau le record. En Mai 2010, Beyrouth reprend le titre  avec un houmous de 10 tonnes .

HOUMOUS_FRANCE

Être le « pays du houmous », c’est aussi une question de rayonnement international. On retrouve du houmous dans les frigos du monde entier. Au Royaume-Uni, il rapporterait même plus que le tabac.Mais à quel pays pense-t-on en mangeant du houmous ?  La twittosphère française comme mon entourage penchent largement pour le Liban. Cela s’explique aisément par le passé et les liens culturels qui unissent nos deux pays. (Le Liban étant une ancienne colonie française). Aux Etats-Unis cependant, où la marque israélienne Sabra possède environ 2/3 du marché du houmous, les résultats auraient sûrement été différents.  C’est d’ailleurs pour son identité israélienne que la marque a été boycottée par les pro-palestiniens.

La guerre du houmous est aussi une guerre économique. La marque « Sabra » a ainsi changé sa politique communicationnelle pour éviter le boycott : elle présente dorénavant le houmous comme un plat du Moyen Orient, non pas d’Israël.

43756835_443661062825761_1315332506039353344_n-1

Houmous et conflit israélo-arabe

Des deux côtés on se traitre de voleurs, de menteurs, on moque la façon dont l’autre consomme le mezzé.. La guerre du houmous n’est qu’un des nombreux prolongements du conflit insolvable qui secoue la région depuis 1948. Du côté palestinien, on considère qu’Israël poursuit son invasion jusqu’à  la cuisine. Mais pour Tel Aviv, revendiquer l’origine du houmous, c’est revendiquer leur appartenance à la région depuis toujours. S’ils sont les inventeurs du houmous, alors ils ne sont pas les envahisseur décriés par les palestiniens. Le houmous est devenu pour eux un bien de leur patrimoine culturel.

CIVIS PACEM PARA HOUMOUS
(qui veut la paix prépare le houmous)

Pourquoi un bien commun devrait-il être source de conflit ? Pourquoi ne serai-il pas plutôt un pont culturel dans cette région divisée ? Cette question anime le réalisateur australien, Trevor Graham, dans son documentaire « make hummus not war ». Il est persuadé que le houmous pourrait être une clé de la paix au proche-orient. L’idée est très ambitieuse voire naïve pour certains, mais le houmous a déjà réussi à rapprocher les peuples. Le deuxième record du monde a été réalisé dans le village d’Abu Gosh, entre palestinien et israéliens. Le mur qui sépare Israël et Cisjordanie à Bethléem arbore  un « Make hummus not war ». En 2014, des étudiants français avec des amis dans les deux camps ont lancé « The Hummus Initative » . On se prend en photo autour d’un houmous et on partage un message de paix avec le hashtag #hummuselfie.La journée internationale du houmous,qu’on célèbre le 13 mai, porte le même rêve, faire du houmous un plat que l’on partage plutôt qu’une énième source de conflit, dont ces pays se passeraient bien.

Notez cet article !
Nombre de vote : 2

Articles similaires :

O : un torrent ou la boue ? O est un artiste introuvable. Tout d'abord, il est introuvable sur internet. On a beau rechercher désespérément la lettre unique et énigmatique sur ...
Macron-Poutine : Que restera-t-il de la rencontre ? La président français a bel et bien plongé dans le grand bain de la scène internationale. C’est à Versailles qu’il a reçu Vladimir Poutine à l’occas...
Pourquoi la question kurde est-elle un casse-tête pour les relations i...  Le 25 septembre prochain, cinq millions de kurdes irakiens voteront pour leur indépendance. Ce référendum ne sera pas le dénouement final pour ce...
Ghost in the Shell : le whitewashing hollywoodien de trop ? L’événement cinématographique du mois, c’est la sortie de la bande-annonce de la nouvelle production hollywoodienne de Rupert Sanders. Le film...
Thaïs Chaigne
Grande curieuse sur tous les fronts, je veux transmettre ce que j'apprends. (Surtout si vous me lancez sur l'Asie...)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz