How-To-Experience-The-United-States-Formula-One-Grand-Prix-in-Style

Sport

F1 : Vers une catégorie plus populaire ?

1 Nov , 2017  

« Je leur ai donné un restaurant 5 étoiles, ils veulent en faire un McDonalds », déclare Bernie Ecclestone, avec le sarcasme grinçant qui caractérise l’ancien Boss de la catégorie. Amer, le magnat déchu de sa position multiplie les critiques à l’égard de Liberty Media, la holding américaine en charge de la F1. Chase Carey, PDG de Liberty Media, a confirmé sa volonté de rendre la F1 plus accessible au grand-public. L’idée fait consensus auprès de toutes les têtes pensantes de la catégorie mais sa mise en place fait grincer des dents. Entre privilèges à abolir et mentalités à changer, les années qui suivent risquent d’être mouvementées dans l’univers de la F1. Les américains parviendront-ils à « rendre la formule 1 au peuple »?

Un projet ambitieux

La Parabolica est le virage le plus connu de la Formule 1. C’est un longue épingle dans lequel le pilote s’engage à plus de 220 km/h. Elle exige un timing parfait, puisqu’elle sépare deux lignes droites. Tournez trop tôt, vous perdrez de la vitesse, endommagerez votre monoplace et perdrez votre place à la ligne droite suivante. Tournez trop tard et vous finirez à plus de 200 km/h dans les graviers, incapable d’éviter le choc contre les barrières de protection. Liberty Média aborde aujourd’hui sa Parabolica. Le groupe a repris une Formule 1 en pleine vitesse, riche du succès commercial du modèle Ecclestone. Toutefois, celui-ci semble avoir atteint ses limites et un tournant semble nécessaire.

Ce tournant c’est celui de la démocratisation du sport. Jusqu’ici la mère de toutes les catégories suivait et se développait dans une image d’excellence, et ce à tous les niveaux. La catégorie était le théâtre d’une lutte féroce entre les plus grands pilotes et constructeurs. Puissance motrice, aérodynamique, conduite, seuls les meilleurs accédaient à la catégorie qui a fait naître des mythes. À l’excellence sportive, Ecclestone a lié l’image de l’excellence : le luxe, la jet-set, les cartons postaux. Les circuits sont devenus des panneaux publicitaires géants où les marques les plus prestigieuses se battaient pour avoir leur place.

Le Grand-Prix de Monaco, perle de la saison...

Le Grand-Prix de Monaco, perle de la saison…

Une gentrification qui a fait de la F1 un business juteux, mais qui lui a aussi fixé ses limites. Concurrencée aujourd’hui dans le luxe par la NBA ou la FIFA, la catégorie apparait comme vieillissante au yeux du grand-public. Pour mettre fin à ce déclin, les nouveaux propriétaires ont décidé de s’inspirer d’un modèle qui leur est bien connu : la NASCAR.

Ainsi, la priorité va désormais au spectacle. Le but de Liberty Média est de rendre la victoire possible à 15 voitures sur 20 sur le grid. Aujourd’hui, seules 6 monoplaces peuvent y prétendre. Il s’agit également de rendre la catégorie plus accessible. Les américains cherchent à rattraper leur retard sur les plates-formes digitales avec plus de présence. Mais aussi en cherchant à créer plus de contact entre les fans, les pilotes et les équipes également.

Le but du groupe Liberty Média est de dépoussiérer la F1, de lui ôter le poids d’une image aristocratique qu’elle traine depuis le début des années 2000 et la ramener dans le cercle des sports « premium » qui connaissent un succès croissant. C’est la condition sine qua non pour réussir dans le plus grand marché du monde : les Etats-Unis. C’est la solution la plus plausible à un déclin certain.

Qui veut la paix…

Prépare la guerre. Cette phrase décrit bien l’atmosphère qui règne actuellement chez les équipes. Notamment, les plus grandes écuries : Ferrari, Mercedes et Red Bull Racing sont à l’affût. Elles seraient les principales perdantes de ces changements. La recherche « d’équité » menée par la nouvelle direction au nom du show implique deux choses : une uniformisation des projets et une autre distribution des revenus.

Une uniformisation des projets sonne comme une hérésie dans la catégorie. La F1 est le temple de la création automobile. Chaque monoplace est un projet personnel de l’équipe qui fait transparaître plus que des valeurs : une façon de penser le progrès technique. Il y a quelque chose de « philosophique » derrière le design d’une monoplace à entendre un passionné. Une victoire sur la piste c’est avant tout la réussite de tout un projet. Uniformiser la catégorie, comme le NASCAR, serait tuer une pluralité de visions et limiter le progrès technique. Progrès technique qui peut rapporter des millions d’euros à des constructeurs en brevets.

Sergio Marchionne, directeur de Ferrari F1 dit se préparer à une véritable guerre.

Sergio Marchionne, directeur de Ferrari F1 dit se préparer à une véritable guerre.

Mais c’est le deuxième point qui fait l’objet d’une véritable bataille avec les équipes. La redistribution des revenus de la catégories aux équipes. Carey souhaite les redistribuer plus équitablement. Or le Pacte de la Concorde garantit des privilèges aux équipes traditionnelles afin qu’elles se poursuivent dans la catégorie. Ces privilèges expliquent en grande partie le phénomène de domination tant critiqué par les fans. Les écarts absurdes de financement entre les écuries rendent la compétition impossible et nuisent au spectacle. Il en va de l’avenir de la catégorie de réduire ses écarts.

Toutefois, peut-elle également se passer de ces équipes privilégiées ? Les fans peuvent-ils envisager un grand-prix sans Ferrari ? Peut-on imaginer une Liga sans Real Madrid ?

On comprend qu’au cours des prochains mois les négociations seront tendues pour Carey et son équipe. Ils amorcent le virage le plus important que la catégorie ait pris depuis 40 ans. Tout est une question de timing. Le moment est véritablement idéal afin d’entreprendre un changement de cette ampleur. L’ère Ecclestone ne l’aurait pas permis, et l’entreprendre plus tard aurait été néfaste pour la catégorie.

Notez cet article !
Nombre de vote : 1

Articles similaires :

Real-Barça : Les deux géants favorisés ? Une fois de plus, l’un des deux rivaux espagnols fait parler de lui. Et non pas par leurs victoire, mais par al supposée « aide » qui les occasionne...
PSG : Quelle suite pour le club ? Incroyable : c’est la réaction générale face à la défaite stupéfiante du PSG au Camp Nou. La remontée impossible, du jamais vu en Ligue des Champion...
Football : que se passe-t-il en Premier League ? « Leicester City est en tête ? Haha, bonne blague, le premier doit être Manchester City ou Chelsea » c’est ce qu’on disait avant cette année. Arrivée ...
Ligue 1 : A qui le titre cette année ? Alors que nous entamons la dernière ligne droite du championnat, la question se pose. Et cette année, elle est enfin pertinente. Car oui : l'hégémon...
Joao
Je m’appelle Joao et je suis chroniqueur chez Juste 1 Question. Je cherche à vous informer sur l’actualité mondiale de façon simple, concise et avec un grain d’humour. Je veux que vous puissiez appréhender chaque info. Pour cela, je compte toujours aller à l’essentiel et vous apporter les faits et mes analyses sans fioritures. Bref, mon but est de vous montrer que vous pouvez comprendre ce qui vous entoure en vous posant juste 1 question.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz