young studiing boy isolated on white backgroung

Bande-dessinée / Manga,Cinéma,Musique,Théâtre

Est-ce qu’une œuvre monumentale est forcément de meilleure qualité ?

10 Fév , 2016  

Lorsqu’un créateur passe énormément de temps à la création d’une œuvre, la première réaction est souvent l’admiration. Dans l’imaginaire, un temps de préparation important est synonyme de qualité. On ne compte plus le nombre de biographies d’artistes qui s’attachent à préciser le nombre de temps qu’il a fallu pour écrire tel roman ou achever telle peinture. Actuellement, les formats de certaines œuvres changent. L’exemple le plus frappant étant l’augmentation de la longueur des séries télévisées. Ces dernières seraient plus des « minis films » que des séries. Comme elles auraient plus de temps à leur disposition, les séries seraient en théorie de très bonne facture. Est-ce vraiment le cas dans la pratique ? Est-ce qu’une œuvre longue est forcément meilleure ? L’appui sur des exemples divers, qui embrassent toutes les formes de créations, sera d’une grande utilité.

La longueur est la porte ouverte à l’imagination.

Les films actuels de super-héros sont connus pour leur longueur (2h30 minimum) et pour leur nombre qui ne cesse d’augmenter. Des trilogies ou encore des cross-over[1] entre chaque super-héros pullulent. Dans le cas de ces films, ils sont longs et découpés en plusieurs parties pour être plus « regardables ». En fait, on devrait les considérer comme un seul et grand film, un grand tableau dont chaque film représente un coup de pinceau. Les films sont également segmentés pour satisfaire le public, faire plaisir à chaque fan. Accessoirement, cette division est aussi à viser économique. Faire plus de films pour gagner plus. Par ailleurs, en scindant les films, les réalisateurs permettent aussi au spectateur de mieux s’imaginer la singularité et l’histoire personnelle de chaque super-héros.

Plus un film est long, plus il peut s’autoriser certains moments de lenteurs. Paradoxalement, ces moments portent mal leur nom puisqu’en réalité, ce sont des moments fugaces auxquels doit se raccrocher le spectateur s’il veut laisser ses pensées s’aventurer. Par exemple, imaginons un plan fixe de plusieurs minutes sur une cabane. Le spectateur sera plus enclin à laisser son esprit vagabonder. Cette cabane lui évoquera des thèmes auxquels il peut rattacher le film. Elle lui évoquera aussi des histoires qu’il a pu vivre en dehors du film. Dès qu’un objet est filmé longtemps, il permet souvent au spectateur de laisser libre cours à son imagination. Il pourra ainsi mieux comprendre le film et, qui sait, se comprendre.

Tout comme avec les films de super-héros, certains mangas arrivent à étendre leurs univers en créant une œuvre lente et longue. Ainsi, les grands shonens[2] tels que Jojo’s Bizarre Adventure ou One piece sont de qualités car ils arrivent à créer un univers si vaste que les fans peuvent créer leur propre histoire. Dans le monde de pirates que dépeint One piece, il est facile pour un fan d’essayer d’imaginer sa propre île, ses propres personnages. Dans les films de super-héros, il est également possible pour un spectateur d’imaginer la prochaine habilité qu’aura un super-héros ou bien quel sera le prochain adversaire. Un véritable jeu de «  si » et de « peut-être » se crée. Si une œuvre longue a la capacité de rendre un destinataire plus imaginatif, est-ce qu’elle est pour autant plus agréable qu’une production courte ?

La brièveté ou la satisfaction par l’insatisfaction.

Qui  n’a jamais écouté la même chanson plusieurs fois d’affilées en souhaitant qu’elle eût été plus longue ? Combien de fois est-ce qu’un chanteur allonge sa chanson, pas forcément à la demande du public, lors d’un concert ?  La durée limitée d’une chanson rend paradoxalement l’auditeur plus impliqué. Sur YouTube, plusieurs chaînes ont d’ailleurs essayé de palier à cela en mettant une vidéo de la même musique pendant plusieurs heures. La vidéo de l’epic sax guy n’étant qu’une parmi tant d’autres. Même les concerts ou les opéras n’ont pas cette possibilité que permet YouTube. En effet, si une personne veut la même chanson pendant dix heures, elle n’aura qu’à aller sur YouTube. Cependant, dans un concert, plusieurs personnes sont au même endroit. Il est donc difficile pour le chanteur de privilégier la demande d’un seul de ses adeptes. L’opéra et les concerts durent donc longtemps mais ne se concentrent pas sur le chant d’une seule et même chanson. La brièveté existe donc malgré tout. De toute façon, alors que pendant les concerts le public réclame des reprises, il se lasserait à n’avoir qu’une seule chanson à écouter pendant une heure. C’est pourtant parce qu’il ne peut pas écouter cette même chanson pendant longtemps qu’il souhaite tant qu’elle soit chantée plusieurs fois.

Entre ennui et envie, le cœur du public vacille. Ainsi, l’exemple des mangas est encore significatif. Nombreux sont les mangas qui ont progressivement perdu leur public. Le cas de Toriko (dont la publication sera achevée cette année) ou encore de Psyren le montre. Ce sont des œuvres accrocheuses qui s’étalent sur plusieurs années mais dont la fin a été précipitée car elles n’avaient plus de public. Celui-ci se lassait d’une histoire qui n’en finissait plus. Pour citer des œuvres plus connues, Naruto et Bleach ont également souffert de leur durée. Si Bleach n’est actuellement que violence et incohérences, Naruto a  perdu son public à cause d’une narration de moins en moins dynamique au fil des années.

Certaines professions se sont même basées sur cette brièveté. Les journalistes sont ainsi à la recherche d’une concision et d’un gain de temps. Il ne faut pas s’attarder au risque de perdre le lecteur. C’est avant tout pour s’adapter aux nouveaux médias que les journalistes agissent ainsi. C’est aussi grâce aux nouveaux médias que la temporalité est déformée.

L’utilisation des outils numériques tend à contourner la notion de temporalité. 

Longueur et concision peuvent être subverties par une notion sur laquelle s’appuient les outils  numériques : l’attente. Un créateur devra jouer avec son public. Il devient primordial de savoir le  taquiner, de ne pas lui donner immédiatement ce qu’il attend. Ainsi, certains dessinateurs de bandes dessinées et de mangas publient exclusivement sur internet. Récemment, le manga One Punch Man de One a eu un grand succès. One publie toujours One Punch Man mais n’a pas de date limite. Chaque nouveau chapitre parait quand l’auteur le souhaite. One arrive ainsi à jouer avec son public. Ce dernier croit avoir compris que chaque chapitre sort chaque mois puis, sans prévenir, One publie un chapitre par semaine. One punch man est donc trimestrielle, mensuel, annuel, hebdomadaire. One et Murata (qui redessine la série originelle) prennent leur temps et sortent des chapitres courts. Un an d’attente n’équivaut pas à un chapitre de cent pages comme le voudrait la logique. C’est l’inverse, si sept pages sortent, c’est déjà beaucoup. Le jeu avec les fans et les préjugés sont donc important pour que l’œuvre soit agréable à lire. Ainsi, le mangaka[3] qu’est Togashi, n’hésite pas à faire des pauses de plusieurs années pour reprendre son manga pendant deux semaines en dessinant de manière schématique. Est-ce que les fans désertent pour autant son manga ? Pas du tout. Nombreux sont ceux qui disent sur le ton de la rigolade qu’ils mourront avant que Togashi ne finisse son manga.

Les séries télévisées s’appuient également sur les nouveaux outils qui sont à leur disposition. Ainsi, comme le permettent les nouvelles plateformes, telles que Netflix, séries et films peuvent être consultés en ligne. Une série peut donc avoir une forme plus libre, loin de celle qu’impose la télévision. La série Chosen de Ben Ketai n’est qu’un exemple parmi celles qui sont publiées exclusivement sur internet.  La forme et le contenu deviennent donc plus libres. La série peut avoir une longueur courte comme longue. Elle sort ainsi de la tendance actuelle qui veut que chaque série soit en quelque sorte un « mini film ». Sur internet, mais pas seulement, une série peut s’arrêter et reprendre quand elle veut. Elle suscite ainsi l’envie des fans. Ils ne font que l’attendre. Courte ou longue, la série sera donc un moyen pour les fans de vivre un moment agréable (sauf si leurs attentes ne sont pas respectées).

Longues ou courtes, certaines œuvres ont la magie nécessaire pour immerger le lecteur dans un univers. Si la tendance est à la longueur, c’est pour des raisons logiques. Une œuvre plus longue permet de développer plus de points. Mais il ne faut pas confondre longueur et temps de préparation. Quand Balzac écrit La Comédie humaine, il effectue un travail titanesque qui demande beaucoup de préparation. Logiquement, l’œuvre est tout aussi titanesque. De bonnes œuvres peuvent tout de même demander un temps de préparation court. Cependant, entre cette bipartition temporelle apparaissent les iconoclastes. Ceux qui cassent les codes. En jouant avec l’attente du public et en s’aidant des nouveaux outils numériques, certains créateurs arrivent à bannir le temps pour ne se concentrer que sur le plaisir qu’ils vont donner au public par leurs œuvres.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Cross-over_(fiction)

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Shōnen

[3] http://www.e-orientations.com/metiers/mangaka

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Pourquoi redécouvrir l’oeuvre de Prince ? Le 21 avril 2016, Prince était retrouvé décédé dans l’ascenseur de sa demeure. Après plusieurs nuits sans dormir, et autant de séances dans son stud...
Interview déjantée du groupe Deluxe Leur dernier album Stachelight est sorti il y a peu, le groupe Deluxe nous a accordé une interview pleine d'humour et de folie.Quelques adje...
Quand les Rêves deviennent réalités : Qui est le Némésis ? « Jack se réveille à l'hôpital, attaché au lit. Il panique et ne sait ce qu'il fait ici, mais c'est sans compter sur l'inspecteur présent qui lui ra...
Jidenna : est-ce que le Classic Man vaincra les discriminations ? Il débarque dans le monde du rap avec un style déjà très bien étudié. Jidenna, le protégé de Janelle Monáe, est un rappeur dandy. A travers son imag...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes recherches et mes enquêtes. J’espère que vous apprécierez mes articles.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz