WP_20170924_006

Musique

DreamNation : le paradis du fan d’électro ?

27 Sep , 2017  

Du 22 au 24 Septembre avait lieu le DreamNation Festival, nous étions présents à la soirée principale du 23 septembre, l’occasion pour nous de découvrir un événement électro plein de surprises. Ce qui frappe avec ce Festival c’est sa volonté à condenser les différents grands types de musique électro.

 

Plusieurs scènes, un seul but :  se faire plaisir

Techno, Bass Music, Hardcore, Trance, ces quatre genres de l’électro étaient réunis aux Docks de Paris. Le Festival DreamNation a réussi à faire en sorte que tous les aficionados soient conquis. Nul doute que le volume sonore était à la hauteur des attentes du public. Découverte d’artistes pour certains, attente de ses Djs favoris pour d’autres, la programmation se voulait éclectique. Cela souligne parfaitement la volonté d’union inhérente à ce festival.

En dehors de toutes considérations musicales, ce festival reste également un moyen pour la plupart du public de se déchaîner. Une sorte d’antichambre électro où il est possible de chiller dans un petit espace comme de faire un manège de fête foraine. Car c’est bien à cela que fait penser cet événement à une gigantesque fête foraine électro où la musique aurait remplacé les peluches Mickey.

Un visuel à en couper le son

Nul doute que la scénographie est primordiale dans un festival de musique, surtout d’électro. La DreamNation a réussi le pari de faire de chaque scène un véritable feu d’artifice. Il était ainsi possible d’admirer les différents jeux de lumières. C’est simple, attendu,  mais  on se fait toujours prendre au jeu.  Seul petit bémol, une overdose de ces effets rend  parfois le tout assez maladroit. Comme si les effets étaient forcés pour se faire remarquer du public.

Une DreamNation dans un endroit loin d’être paradisiaque

Festival électro oblige, le lieu où avait lieu les événements n’avait pas été choisi pour son éventuelle beauté mais surtout sa capacité à accueillir le plus de monde. Ainsi, pas étonnant que le Main de la DreamNation se soit passé dans les Docks de Paris. Or, il était assez particulier de remarquer que les différents passages vers les scènes, les multiples installations perdaient très vite de leur superbe au fil des heures, laissant un lieu peu charmant.  Peut-on en vouloir  à l’organisation ? Un événement d’une telle ampleur ne peut être parfait, d’autant plus qu’il demande une gestion millimétrée et rigoureuse. Mis à part cela, force est de constater que la DreamNation a bien rempli son objectif : proposer un festival accessible tout en étant pointu.

Notez cet article !
Nombre de vote : 2

Articles similaires :

Welcome to the Red Stick : Episode 2 : Turo Stakz and Carl Bogart. Pour la version française, c'est ici.Each month, Juste1Question offers you the portrait of a player of the Baton Rouge rap scene. This city is ind...
La DiscuSon épisode 1 : Arthur Ely, loin d’être Standard Parcourant les scènes parisiennes depuis plusieurs années, entre couplets chantés ou rappés selon l'humeur de ses mélodies, c'est depuis le 23 novem...
Comment Sébastien Tellier se dévoile-t-il dans ses musiques de film ?... Sébastien Tellier sortait le 26 février dernier un EP regroupant les trois titres qu'il a composé pour la bande-originale du film Saint-Amour de Ben...
« Ric Wilson », Pour profiter de l’optimis... Avant de placer les premiers mots, les premières secondes de réécoute imprègnent définitivement le déroulé de mon écriture. Or, le sampling a cela de ...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes enquêtes.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz