cyber

Politique

Les cyberattaques : un nouveau moyen de pression géopolitique ?

10 Jan , 2017  

Avec le dernier incident impliquant la Russie et les Etats-Unis, les tensions n’ont fait que monter. Les deux camps s’accusent d’avoir orchestré des cyberattaques. La cyberattaque devient donc une raison de tension entre ces deux grands Etats que l’on connait pour leur amitié légendaire. 

Le cas des Etats-Unis et de la Russie : un bel exemple des tensions inhérentes aux cyberattaques

Récemment, les services secrets des Etats-Unis (CIA, FBI et NSA réunis) ont rendu publique un document qui prouverait l’implication qu’a eu la Russie dans la victoire de Donald Trump.  Le gouvernement russe aurait donné des informations à WikiLeaks qui les aurait ensuite divulguées, entravant ainsi la dynamique de la campagne d’Hillary Clinton. La deuxième action des services russes aurait été de payer des » influenceurs » pour qu’il orientent les différents débats sur les réseaux sociaux afin de saper la campagne d’Hillary Clinton.

Si WikiLeaks dément toute collaboration avec la Russie sur l’élection américaine, Donald Trump est plus évasif, faisant ainsi une erreur dans sa communication. En effet, il ne rejette pas la possibilité que les pouvoirs russes soient impliqués dans sa victoire, il préfère dire que le piratage « n’a eu aucun effet sur l’issue des élections» a déclaré Reince Priebus que Donald a nommé comme futur chef de cabinet de la Maison-Blanche. Le fin mot de l’histoire viendra d’ici quelques jours. Pour autant, le plus important est de noter à quel point ces accusations ont été encore un moyen pour Donald Trump et Barack Obama d’exprimer leurs différends. La cohésion américaine était déjà mise à mal à la suite des élections mais ces questions de cyberattaques n’ont fait qu’accentuer la division entre les deux représentants des partis américains.

Une véritable tension s’est donc instaurée entre la Russie et les Etats-Unis suite à de telles accusations. On comprend donc qu’à l’ère du numérique, les cyberattaques deviennent parfois plus importantes que de réelles infiltrations physiques dans les rangs ennemis.

Qu’en est-il de l’Europe ?

En France, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a affirmé dans le Journal du dimanche que les services français ont bloqué plus de 24 000 attaques numériques en 2016. Pour lui, il n’est pas impossible que des accusations telles que celles de la campagne de Donald Trump et Hillary Clinton viennent resurgir lors de l’élection française. A un tel point qu’il a convié chaque tenant des grands partis politiques français pour leur demander de renforcer la sécurité de leurs données. Bien sûr une attention toute particulière sera portée sur  l’orientation des débats sur les réseaux sociaux.

jdd

J-Y Le Drian au JDD

On en vient à se demander si la France a la possibilité d’effectuer un quelconque recours auprès des instances dirigeantes des réseaux sociaux. Ainsi, en cas de manipulation des tendances politiques sur les réseaux sociaux, que pourraient faire les partis ? Se plaindre auprès de Facebook ou de Twitter ne les emmènerait pas très loin puisque ces entreprises ne sont pas sous le coup de l’administration française.

Plus largement, en Allemagne, Angela Merkel n’a pas exclu une cyberattaque de la Russie pour influencer le résultat des législatives allemandes qui auront lieu en automne 2017. Toutes ces prises de précautions amènent à se demander si la « cyberattaque » n’est pas devenue une hantise que seraient prêts à dégainer, parfois sans preuves, tous les perdants d’une future élection. Comme s’ils se reposaient derrière l’excuse de l’attaque numérique.

Notez cet article !
Nombre de vote : 1

Articles similaires :

Pourquoi la question kurde est-elle un casse-tête pour les relations i...  Le 25 septembre prochain, cinq millions de kurdes irakiens voteront pour leur indépendance. Ce référendum ne sera pas le dénouement final pour ce...
La montée des extrêmes : un pétard mouillé ? Cela va sans dire, la victoire d’Emmanuel Macron a eu un effet de soulagement au niveau mondial. Le nouveau président a battu sa concurrente Marin...
La ZAD, une utopie à défendre On ne présente plus la ZAD de NDDL, une zone occupée originellement pour s'opposer à la création d'un aéroport, a quelques kilomètres de Nantes. Déjà ...
Victoire du Parti Pirate Islandais: le début d’une politique alternati... Le samedi 29 octobre, le Parti Pirate d’Islande est devenu le troisième plus gros parti du pays en récoltant 14.48 % des suffrages aux élections lég...
Messan Moïse Ayivi
J’écris dans à peu près toutes les catégories. Cela me permet de traiter d’informations diverses en m’impliquant beaucoup dans mes enquêtes.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz