Comment définir un terroriste

Société

Comment définir un terroriste aujourd’hui ?

1 Fév , 2016  

La polémique a éclaté jeudi et n’a fait que s’amplifier tout le week-end. Les propos d’Eric Woerth refusant de qualifier Mohammed Merah de terroriste, définissant son acte comme un « crime d’un furieux », ont suscité l’indignation des politiques (de Florian Philippot du Front National – face à qui il a tenu ces propos – aux membres du Parti Socialiste), comme de la famille des victimes. En effet, l’acte de Mohammed Merah avait une revendication politique claire, doublée d’un antisémitisme affiché, et le jeune homme avait été formé par Al-Qaïda au Pakistan. La seule ambiguïté autour du profil de Mohammed Merah est celle-ci : son acte était-il encouragé, financé et soutenu par Al-Qaïda, ou était-il celui d’un « loup solitaire », s’étant rendu lui-même en Afghanistan pour se former, et dont l’acte fut revendiqué par Al-Qaïda a posteriori ?

Mais le débat se situe en amont. Derrière la polémique un peu futile autour des propos de l’ancien ministre du budget se cache un enjeu très important et souvent assez peu interrogé. En effet, pour savoir si Mohammed Merah était un terroriste, encore faudrait-il savoir ce qui caractérise un terroriste. Pour être un terroriste doit-on appartenir à une organisation terroriste et être financée par elle ? Ou simplement commettre – possiblement seul – un acte de terreur ayant des fins politiques. Finalement, ce mot que nous employons tant, terroriste, en avons-nous une définition stricte ?

Qu’est-ce qu’appartenir à une organisation terroriste ?

Auparavant, la définition d’un terroriste était assez clair. Ils fonctionnaient par groupes solidaires et organisés, avec des chefs et une hiérarchie, et dont le nombre et les lieux où ils étaient semblaient définis. La bande à Baader, terroristes allemands dans les années 70, avait ainsi une action très reconnaissable. Ils faisaient leurs actions, les revendiquaient, et on ne pouvait pas contester leur dimension terroriste. L’organisation terroriste était institutionnalisée, et les terroristes l’étaient aussi par conséquent. Le statut de terroriste ne posait même pas question.

Aujourd’hui, si l’on prend un groupe comme Daech, la question est tout autre. Qui serait capable de dire précisément le nombre de membres de Daech ? Personne. Qui serait capable de dire ce qu’est vraiment Daech ? Personne. Qui appartient à Daech ? On ne sait pas. Mohammed Merah appartenait-il à Al-Qaïda ? On peut soutenir les deux thèses. On peut dire qu’ayant agi seul, c’est un tueur isolé. On peut dire qu’ayant été complètement forgé par Al-Qaida, il n’en était qu’un pion et en ce sens était le terroriste par excellence. Daech, d’ailleurs sans doute encore plus qu’Al-Qaïda, a flouté les contours du groupe terroriste. On ne sait plus qui appartient à Daech aujourd’hui. Les français qui, derrière leur ordinateur, sont en contact avec l’organisation sont-ils membres de Daech ? On le voit bien, Daech, organisation sans limite fixe, aux formes multiples et insaisissables, a troublé le profil reconnaissable du terroriste.

Aujourd’hui, ce statut est changeant, trouble, indéfinissable, mouvant. Les liens qu’entretient Daech avec ses « soldats » sont loin d’être clairs. Il n’y a pas de carte d’adhésion à Daech. Le rapport au terrorisme n’est plus binaire : en faire partie ou ne pas en faire partie. Les statuts « intermédiaires » existent, et nous forcent à nous interroger sur notre définition du terrorisme. Aujourd’hui, choisir qui est un terroriste et qui ne l’est pas ne relève-t-il pas d’une décision subjective et souvent politique ?

Une définition du terroriste désormais subjective et changeante.

On ne sait plus quand quelqu’un fait partie de Daech ou n’en fait pas partie. Dès lors, la définition d’un terroriste devient subjective. Prenons l’exemple de deux fusillades qui ont eu lieu aux Etats-Unis récemment, à une semaine d’intervalle. La première, le 27 novembre 2015 fut perpétuée par Robert L. Dear, un tueur anti-avortement dans un planning familial dans le Colorado. La seconde, le 2 décembre, fut perpétuée par un couple ayant prêté allégeance à l’Etat Islamique, dans le centre de San Bernardino. La première fut catégorisée comme celle d’un tueur fou ; l’autre, comme celle d’un couple terroriste radicalisé. Les deux catégories sont là, binaires. Mais sous ce vernis rassurant, ces choix de « catégorie » de tueur ne sont-ils pas hautement subjectifs ? Sur quelle base cette distinction est elle faite ?

En réalité, il semblerait en effet que rien ne sépare les deux actions. Robert L. Dear a tué pour une cause politique : il est contre l’avortement. Il a agi seul, a acheté son arme, et a tiré. Aucune ambiguïté ne plane sur la nature de son geste, le sujet ayant revendiqué être opposé aux « bébés en morceaux », polémique soulevée par les Républicains américains contestant les expériences médicales sur les fœtus. On a donc affaire à un individu seul, ayant agi pour une cause politique claire et précise, dans un but meurtrier.

De même, le couple de la tuerie de San Bernardino a agi seul. Syed Rizwan Farook et Tashfeen Malik, ont acheté leur arsenal eux-mêmes. Pire, ils l’ont acheté légalement. Daech n’a strictement rien à voir avec ces armes. Ils avaient une visée politique, cette fois assez floue : Tashfeen Malik, jeune femme de 27 ans, avait prêté allégeance à Daech. On a donc affaire à une tuerie relevant de l’acte isolé et à visée politique. Tashfeen Malik et Syed Rizwan Farook furent qualifiés de terroristes. Robert L. Dear de tueur isolé au mieux, de fou au pire. Pourquoi cette différence de traitement ? Le terroriste aujourd’hui est défini par les pouvoirs politiques et les médias. De deux choses l’une : ou les deux attaques étaient terroristes, ou aucune des deux ne l’était. Le fait que seule l’attaque de San Bernardino montre que le choix de qualifier quelqu’un de terroriste ou pas relève du choix politique : c’est dire que ce ne sont pas les anti-avortements (les pro-lifes comme ils se nomment) qui sèment la terreur, mais Daech.

Les propos d’Eric Woerth, maladroits et finalement sans grand intérêt, ont au moins un mérite : nous faire nous interroger sur la définition d’un terroriste aujourd’hui. Se définit-il par l’appartenance à un groupe terroriste, ou simplement par un acte meurtrier idéologisé ? Et comment définir l’appartenance à un groupe terroriste ? Syed Rizwan Farook et Tashfeen Malik appartenaient-ils à Daech ? Ce sont toutes ces questions qu’il faut poser, avec rigueur. En effet, elles en entraînent bien d’autres. Si les terroristes sont tous ces individus qui revendiquent un acte meurtrier au nom de l’Etat Islamique, comme Yassin Salhi qui en même temps en avait profité pour régler un « différend professionnel avec son patron » en le décapitant en mai 2015, attaquer Daech en Syrie suffira-t-il à l’éradiquer ? Eradiquer Daech en Syrie, est-ce éradiquer Daech ? En bref, poser la question « Qui sont les terroristes ? », c’est aussi poser la question « Où est Daech ? » : en Syrie, où une armée terroriste organisée opère, ou alors un peu partout, car aujourd’hui chacun peut se proclamer terroriste, peut se réclamer de Daech.

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Qu’est ce que la crise boursière chinoise de 2015 ? Début juin 2015, le monde de la finance retient son souffle face à des nouvelles inquiétantes : La bourse de Shanghai s’effondre en quelques jours, ...
Subway est-il un Junkfood ? C’est un défi impossible, quasiment une utopie au XXIeme siècle : conjuguer alimentation saine, plaisir gustatif et prix bas. C’est pourtant ce que ...
Que penser d’un événement féministe non-mixte ? Le 7 mars était célébrée la journée de la femme. A l'occasion, une réunion féministe non-mixte était organisé à l'UQAM, prestigieuse université mont...
Que sont devenus les disparus du régime nord-coréen ? Dans la nuit du 18 au 19 juillet, la Corée du Nord a de nouveau procédé à un lancement de missiles en direction de la mer du Japon. Une décision qui i...
Guillaume
J'écris sur la culture – notamment la musique - et l'actu sur ce site. Sinon mes goûts musicaux se situent quelque part entre David Bowie et Meek Mill.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz