Jimmy

Cinéma,Culture / Divertissement

Célébrez le cinéma avec Juste1Question : Ce qu’on a retenu des César et des Oscars

5 Mar , 2018  

  

 

 Après une longue pause estivale, J1Q et son équipe dynamique et motivée sont de retour, prête à vous décortiquer l’actualité ou à vous faire découvrir plein d’évènements, de sons, de personnages et autres faits insolites.
Comme un retour, ça se fête, on a décidé de célébrer ensemble le cinéma, après ce week-end qui a réuni les amoureux du grand écran à la salle Pleyel vendredi et au Dolby Theater de Los Angeles Dimanche.  
Aujourd’hui pour commencer, petit retour sur ces deux grandes soirées.

 

 

Manu Payet ouvre le bal aux Césars / Canal + DR

Comme chaque année, on a vu se succéder des discours poignants, des notes d’humour, de vibrants hommages, des déceptions aussi, et surtout des messages d’espoir et de révolte. Dans tous les esprits ce week-end, il y avait bien sûr le scandale Weinstein qui a touché de plein fouet le cinéma américain et mondial.  Au Dolby Theater,  le spectre du racisme et de l’Amérique de Trump était aussi bien présent. Mais on vous en reparlera.

Les grands vainqueurs

Cela ne vous a sûrement pas échappé, 120 battements par minute de Robin Campillo et La forme de l’eau de Guillermo del Toro sont les grands vainqueurs de ces soirées. Le film français récupère 6 Césars dans des catégories très variées : meilleur film, meilleur espoir masculin, meilleur musique originale, meilleur acteur dans un second rôle, meilleur montage et meilleur scénario original. Guillermo del Toro n’avait pas eu le temps de se remettre de sa récompense de meilleur réalisateur que sa fable fantastique La forme de l’eau triomphait comme meilleur film. Des 13 nominations, le film récupère 4 statuettes, dont une pour la musique du français Alexandre Desplat.

Del Toro

Guillermo Del Toro remporte l’Oscar du meilleur film ABC DR

La victoire de Guillermo del Toro marque aussi la 4ème statuette remportée par un réalisateur Mexicain en 5 ans. Il n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler qu’il était un immigré dans un discours rassembleur : « La plus grande chose que permet notre industrie aujourd’hui c’est d’effacer les lignes dans le sable. On doit continuer à le faire même quand le monde nous dit de les rendre plus profondes. »

En France, c’est Albert Dupontel qui est sacré meilleur réalisateur pour Au revoir la-haut. Il n’est cependant pas là pour le récupérer, car « pas très à l’aise avec la compétition ».

 

Tout un univers à l’honneur

Bien plus que le triomphe de deux films, les César et les oscars sont de grandes fêtes du cinéma, où sont mises en lumière toutes les professions du milieu, y compris celles qui ne sont pas sous le feu des projecteurs habituellement. Il y a par exemple les monteurs et mixeurs du son qui nous permettent de nous retrouver en pleine Seconde Guerre mondiale sur une plage de Normandie. Les deux oscars de Dunkerque semblaient presque évident vu l’incroyable bande son confectionnée par Richard King, Alex Gibson et leur équipe. Le film de Christopher Nolan remporte également le meilleur montage, attribué à Lee Smith.

Monologue d'ouverture de Jimmy Kimmel / ABC DR

Monologue d’ouverture de Jimmy Kimmel / ABC DR

À Paris, la soirée a été marquée par l’apparition d’un nouveau César, le César du public, qui permet de récompenser un Danny Boon plus qu’enchanté, lui qui a tant de place dans le cinéma français mais qui pour la nature comique de ses oeuvres pouvait difficilement espérer obtenir une telle reconnaissance.
Car oui célébrer le cinéma c’est aussi célébrer ses spectateurs, ce que n’a pas manqué de faire Robin Campillo qui dédie le César du meilleur scénario original  de 120 battements par minute à ces 834 603  spectateurs.

La France, havre pour le cinéma

Et ça les lauréats du César d’honneurs ne manquent jamais de le rappeler : Michael Douglas, George Clooney, … la lauréate de cette année, Penelope Cruz, n’a bien sur pas dérogé à la règle.
Scarlett Johanson en 2014 présentait la France comme refuge culturel sachant « reconnaitre ceux qui prennent des risques artistiques. »
C’est moins le cas aux Etats-Unis, bien que le cinéma indépendant ait de plus en plus sa place  aux Oscars. Jimmy Kimmel s’en amuse d’ailleurs dans son monologue, soulignant que seul deux films ont dépassé les 100 millions de dollars, mais que « les films comme Call me by your name ne sont pas fait pour gagner de l’argent mais pour embêter Mike Pence ».
Aux César, on se rappelle à quel point la France restera ce pays si bienveillant avec le cinéma, ce pays aux 2184 salles de cinéma, aux institutions culturelles si généreuses et présentes, ce pays où a été créé le Centre national du cinéma (CNC) en 1946, CNC mainte fois remercié dans les discours, en particulier pour sa réforme sur le crédit d’impôt.

120 battements par minute obtient le César du meilleur film/ Canal + DR

Le cinéma français rend possible des films comme Petit Paysan qui raconte l’histoire d’un jeune élever dont les vaches sont menacées par une épidémie. Ce film a marqué la cérémonie avec ses trois Césars :  Swann Arlaud est sacré meilleur acteur et Sarah Giraudeau  meilleure actrice dans un second rôle tandis que réalisateur Hubert Charuel et son équipe remportent le César du meilleur premier film.
Il a « [remercié] l’Académie d’avoir récompensé un film de ploucs sur les ploucs, fait par un gros plouc ». Il évoque aussi son parcours à la Femis et la construction d’un projet qui lui tenait à coeur. Dans son discours transparait cette place spéciale qu’a le cinéma dans le cœur des français, où les jeunes réalisateurs et le cinéma indépendant sont toujours mis à l’honneur.
A cette catégorie de meilleur premier film s’ajoute celle de meilleur espoir masculin et féminin remporté cette année par Camilia Jordana pour Le brio et par Nahuel Pérez Biscayart pour  120 battements par minute. Il n’y a pas de prix équivalent aux Oscars à ceux de meilleur espoir et de meilleur premier film. On aurait bien vu le jeune Timothée Chalamet récompensé dans cette catégorie pour sa brillante et juste interprétation d’Elio dans Call me by your name (sans oublier son rôle dans Lady Bird) mais sa nomination est déjà une très belle reconnaissance. C’est le très grand Gary Oldman qui repart pour la première fois avec l’oscar du meilleur acteur pour son incroyable interprétation de Churchill dans les heures sombres.

L’Oscar de la meilleure actrice revient à Frances McDormant pour 3 Billboards. Elles a marqué les esprits en demandant à toutes les femmes nommées de se lever avec elle, les a invitez à se regarder « On a toutes des histoires à raconter ». C’est ce même esprit de solidarité féminine qu’on retrouve chez Jeanne Balibar. Lauréate du César de la meilleure actrice pour sa grande interprétation de Barbara, elle nous livre un discours plein de passion et d’amour pour cette grande famille du cinéma.

Frances McDormand reçoit l'Oscar de la meilleure actrice / DR

Frances McDormand reçoit l’Oscar de la meilleure actrice / DR

Les autres gagnants 

En plus du succès de Guillermo del Toro, le Mexique a séduit pour le beau film d’animation Disney « Coco » qui remporte l’Oscar notamment face à la passion Van Gogh, film français où des peintures prennent vie, peut être trop innovant pour les Oscars… Aux César, c’est très  souvent des films indépendants qui raflent cette catégorie. Cette année, victoire pour Le Grand Méchant Renard et autres contes… de Benjamin Renner, Patrick Imbert.

Côté scénario, Jordan Peele obtient le prix du meilleur scénario original pour Get Out, qu’il a aussi réalisé et . C’est le premier afro-américain a obtenir cette récompense.
Call me by your name de l’italien Luca Guadagnino repart avec l’Oscar du meilleur scénario adapté. Il revient à James Ivory, qui, à 89 ans, devient  le plus vieux lauréat de ce prix.
Basé sur le livre éponyme d’André Aciman, le film mérite amplement cette récompense tant il y transparait   tout l’art cinématographique de raconter.
Grande déception personnelle d’ailleurs de ne pas voir la  poétique et mélancolique mélodie du film « Mystery of love » du talentueux Sufjan Stevens récompensée par l’Oscar de la meilleure chanson originale. Ce prix a été attribué à Coco pour l’entrainant  « Remember me » interprété par Miguel.

Swann Arlaud remporte le César de meilleur acteur Canal+ DR

Swann Arlaud remporte le César de meilleur acteur Canal+ DR

Mais des déçus et des oubliés, il y en a plein comme chaque année. Les avis divergent dans les académies, dans les médias et même au sein de l’équipe de J1Q. Comme chacun a sa façon d’appréhender ces rendez-vous annuels du cinéma, on vous les partage cette semaine. Stay tuned.

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Jidenna : Will the Classic Man overcome all of the injustices ? He bursts in the rap game with a developed style. Jidenna, Janelle Monáe “protégé”, is a dandy but also a rapper. Thanks to his image, he improves w...
Quels sont les nouveaux films Marvel à venir ? C'est la journée des fans de super-héros, une grande vague d'annonces a été faite. Wolverine 3, Doctor Strange ou encore Spider Man Homecoming, déco...
2017 : La meilleure année d’A2H ? Cela fait longtemps maintenant qu'A2H fait partie des figures connues des auditeurs de rap. La star du label Palace Prod n'en est pas pour autant u...
Les défricheurs de musique : quel rôle à l’heure d’Interne... Rémy Kolpa Kopoul nous a quitté il y a plus de deux ans. La figure historique de Radio Nova se définissait lui-même comme un « connexioneur ». Bien pl...
Thaïs Chaigne
Grande curieuse sur tous les fronts, je veux transmettre ce que j'apprends. (Surtout si vous me lancez sur l'Asie...)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz