skiing-1172643_960_720

A propos,Culture / Divertissement,Histoire,Sport

Une brève histoire du ski

8 Mar , 2019  

Depuis quand voit-on chaque année les sommets du monde entier remplis d’individus chaussés d’étranges bâtons glisser jusqu’au bout d’une pente et recommencer indéfiniment le processus ? Qui a « inventé » le ski et comment s’est-il démocratisé ? Retour sur cette pratique vieille de dix mille ans.

Feuilletant son  « Histoire de La Clusaz » Monsieur Périllat se souvient des longues files d’attente pour prendre le tire-fesses de l’Aiguille, des chaussures de ski en cuir et des tenues élégantes des moniteurs de l’ESF, déjà en rouge. C’était il y a soixante ans, mais à la Clusaz et dans plusieurs stations des Alpes le ski provoquait déjà un grand engouement. Depuis quand des millions de personnes dans le monde retournent chaque hiver dans ces hauts déserts blancs ?
L’histoire de La Clusaz, qui commence au début du vingtième siècle, croise la grande Histoire du ski amateur et professionnel que nous allons tenter de résumer.

La Clusae

La Clusaz

 

Le ski, un sport vieux de 10 000 ans
La date de naissance exacte des skis fait débat chez les archéologues. On retrouve des traces d’objets en bois semblables à des skis il y a plus de 10 000 ans, un peu après l’âge de glace  mais aussi il y a 6000 ans dans les régions de Russie et de Norvège ou même en Chine. Ils étaient notamment utilisés par les chasseurs pour circuler dans les zones inhospitalières. (pour en savoir plus sur ces débats voir cet article de National Geographic) Pendant plusieurs milliers d’année, le ski a sommeillé dans les zones neigeuses coupées du monde.

Ski, Skis En Bois, L'Histoire Du Ski

Skis en bois, à différent stades de leur histoire

Il faut attendre le dix-neuvième siècle pour que la pratique du ski pénètre dans des endroits inédits. Les Norvégiens, qui ont entretenu la tradition jusque là, vont faire connaître ce sport. Le mot « ski » vient d’ailleurs leur langue.
Milieu dix-neuvième,  le ski se répand chez les militaires scandinaves qui organisent même des compétitions. La pratique se propage ensuite en Europe et en Amérique du Nord puis  puis sur les montages du monde entier à l’initiative des  migrants et voyageurs norvégiens.  Sondre Norheim, un menuisier, est l’un des acteurs majeurs de cette diffusion. Ce compétiteur fonde le premier ski club américain  et invente la technique iconique du ski Telemark en 1868 : le talon n’est pas fixé au ski et où l’on tourne en fléchissant la jambe intérieure. C’est cette forme de ski nordique adaptée à la descente qui a d’abord la « côte » mais le ski alpin finira pas prendre le dessus.

L'affiche des JO de Lake Placid Witold Gordon et CEO DR

L’affiche des JO de Lake Placid
Witold Gordon/  CEO DR

Vers la fin du dix-neuvième siècle, les premiers ski clubs amateurs  éclosent un peu partout. (Le premier en France : le Ski Club des Alpes de Grenoble, en 1895) Cependant les pratiques du slalom (mot norvégien également) et du ski de descente restent longtemps marginales, c’est  le « ski nordique » (ski de fond et saut à ski notamment) qui se diffuse le premier. En 1924 la Fédération internationale de ski voit le jour et les premiers Jeux Olympiques d’hiver à Chamonix font la part belle à ce sport en vogue.  Mais à Chamonix , à Saint Moritz (JO 1928) et à Lake Placids (1932) les deux disciplines citées plus tôt (slalom et ski alpin) sont encore exclues.

Le ski alpin : une invention anglaise ?
Si les norvégiens détiennent la paternité du ski, la forme de la discipline la plus répandue aujourd’hui  a été inventé, officiellement, sur nos Alpes. On parle ici du ski alpin, celui où la chaussure est fixée au ski et où l’objet principal est de descendre la piste.

Ski hors-piste sur l'Aiguille du Midi (domaine de Chamonix)

Ski hors-piste sur l’Aiguille du Midi (domaine de Chamonix)

Des inventions au service des skieurs
Dès le début du vingtième, le ski attire de plus en plus d’amateurs près à payer le prix cher pour s’essayer à ce nouveau sport. Des investisseurs ont commencé à voir dans cet « or blanc » une opportunité pour créer de nouveaux lieux d’attraction pour les vacanciers. Ainsi en France le baron de Rothschild achète des centaines d’hectares à Megève en 1921 et finance la construction de son premier télécabine en 1934. C’est grâce à des innovations techniques du genre que le ski peut se développer de part et d’autre de l’Atlantique. En 1932, le Québec inaugure la première corde de remorquage tandis que trois ans plus tard, à Davos (Suisse) le premier téléski voit le jour.  Enfin en 1936, à la Sun Valley (Etats-Unis) l’ingénieur Averell Harriman conçoit le premier télésiège.  Pendant ce temps là à La Clusaz on profite du premier télé-traîneau.

Télétraineau de la Clusaz from Archivalp on Vimeo.

Dans ces stations pionnières en Europe comme en Amérique (Megève, Chamonix, Aspen, Sun Valley…) les pistes sont aménagées et les installations touristiques se développent. L’invention du canon à neige dans les années cinquante aux Etats-Unis leur permet de rester ouvert plus longtemps.

La montagne, ça se gagne
Toutes ces inventions facilitent la pratique du ski alpin, mais elles seraient vaines si les pistes restaient inaccessible. Les premières stations à se développer sont celles connectées au reste du monde grâce à l’ouverture de routes ou de chemins de fer.La Clusaz voit les ses premiers touristes débarquer dès 1902 après la naissance de la  route reliant Annecy au col des Aravis . Pendant ce temps là  Les « ski trains » se développent aux Etats-Unis, le premier voit le jour en 1922 et relie Boston à Warner. Aujourd’hui le  Eurostar Londres->Bourg-Saint-Maurice joue un rôle similaire, au grand bonheur des britanniques.

D&RGW Ski Train 01.jpg

Le Ski train du réseau Denver & Rio Grande qui reliait les américains aux stations de ski des rocheuses entre 1941 et 2009

Le ski pour tous

Les innovations logistiques ont provoqué un véritable  essor du tourisme alpin et en filigrane du ski, mais comment le ski est-il devenu un sport populaire ? Premier élément : le développement de l’enseignement du ski .  l’Ecole de Ski Française (ESF) a eu un rôle essentiel  dans la diffusion du sport. Créée en 1937 et soutenue par le ministre des sport Léo Lagrange, elle est l’une des première grandes structures d’enseignement de ski.  Son objectif est, à l’image du ministre, de démocratiser ce sport à travers l’Hexagone. L’ESF peut en plus compter sur la création, un an plus tôt des congés payées. La deuxième guerre mondiale vient cependant marquer un coup d’arrêt au ski récréatif.
L’évolution du  matériel participe également à la diffusion du sport. En effet en 1950 le célèbre équipementier Howard Head remplace les skis en bois par un modèle en aluminium tandis que dans les années soixante les chaussures en plastiques succèdent aux coûteuses chaussures en cuir.
Dans les années soixante-dix, le ski devient une pratique commune, familiale et conviviale. C’est à la même époque en France que des grands noms du ski alpin français remportent plusieurs trophées font grandir l’intérêt pour la discipline. En plus de cela, ces derniers vantent  les mérites de leur station d’origine : Jean-Claude Killy et ses 15 médailles d’or a fait notamment connaître Val d’Isère, où il a grandit.
Pour la Clusaz c’est  Guy Périllat (un autre Monsieur Périllat) qui remporte deux médailles d’or (combiné en 1960, Slalom géant en 1966)

de gauche à droite : Guy Périllat (médaille d’argent), Jean-Claude Killy (or) et Jean-Daniel Dätwyler (Suisse, bronze) aux Jeux Olympiques d’Albertville, 1968

Aujourd’hui  le ski est plus que jamais un sport pratiqué, en particulier en France,  qui détient environ 30% du domaine skiable mondiale. En 2016 on y comptait 350 stations de ski en France et «52 millions de « journées skiées ».

Le ski reste cependant un sport cher, surtout pour ceux qui vivent loin des pistes . Même si on parle de « démocratisation », le prix des forfait, du logement et du matériel reste un obstacle, et ce d’autant plus que certaines stations se sont donné une image luxueuse et inclusive (Megève, Aspen, Verbier, « Courche »…). La montée des prix combinée aux perturbations climatiques des dernières années ont d’ailleurs fait baissé la fréquentation des stations pour la saison 2016-2017. En première ligne : les stations de basse-altitude où la neige fond plus vite. Mais le ski  a encore de beaux jours devant lui et la saison 2018-2019 s’annonce positive en France sur le plan touristique comme pour la compétition, où la française Perrine Laffont enchaîne les médailles d’or et d’argent dans les compétitions mondiales.

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Bohemian Rhapsody, le triomphe de Rami Malek ? Dans la course aux Oscars chaque année, quelques films partent avec des longueurs d'avance sur leurs concurrents : les uns grâce à leur casting/produc...
Que faire pour la Nuit Blanche? Qu'est-ce que la Nuit Blanche ? Depuis 2002, la Ville de Paris organise sa "Nuit Blanche" chaque premier samedi d'octobre. Il s'agit de proposer ...
Le Japon, modernité ou tradition ? Avant mon départ au Japon, ce pays m'évoquait deux imaginaires complètement contradictoires, voire conflictuels. D'un côté, je voyais le Japon tradi...
Juste quelques questions à Alex Clare Alex Clare, connu mondialement pour Too Close : le single de son premier album, revient avec un troisième album, beaucoup plus intime mais profond...
Thaïs Chaigne
Grande curieuse sur tous les fronts, je veux transmettre ce que j'apprends. (Surtout si vous me lancez sur l'Asie...)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz