5333093001_3d7966b42b_b

Culture / Divertissement,Musique

Les Alchimistes vont-ils transformer la trap en rock ?

17 Nov , 2016  

Les alchimistes, ce sont ceux qui transforment le plomb en or. En 2016, ce sont aussi deux rappeurs bruxellois qui semblent aussi avoir trouvé la formule magique, car depuis leur mixtape « Cannibales » sortie cet été, Rizno et Ruzkov voient l’intérêt autour d’eux augmenter au même rythme que leurs vues sur Youtube. En 2016, Bruxelles arrive avec Caballero & Jeanjass, #BruxellesVie avec Damso et Shay dont on vous parlait ici, ou encore fait de la « Mula » avec Hamza. Mais Les Alchimistes viennent apporter leur pierre bien particulière à l’édifice de ce rap bruxellois en pleine ébullition.

Ce qui les rend uniques ? Une énergie débridée, gutturale, « cannibale » pour reprendre le titre de leur EP. Sur des productions « traps » dans la tendance du rap énergique qui se fait en ce moment, le duo livre des prestations qui n’ont rien à envier à un groupe de métal.

Des adlibs qui se font refrain

Cette énergie inédite passe par leur utilisation des « ad lib » très particulière. Les ad lib ce sont ces gimmicks faits pour ponctuer les morceaux, très utilisés par tous les grands trappeurs d’Atlanta comme 2 Chainz scandant son nom, ou encore Gucci Mane et son mythique « Burr ! ». Chez « Les Alchimistes », les « ad lib » sont de véritables cris rauques – en général poussés par Ruzkov. Ces cris sont omniprésents, si bien que les productions sont souvent bien plus discrètes que les hurlements du rappeur.

Les ad lib prennent même une place réellement centrale dans le morceau : les refrains sont souvent un moment de déchaînement total, où le membre russe du groupe scande quelques mots jusqu’à l’épuisement. Chez « Les Alchimistes », comme chez les autres membres les plus débridés de la nouvelle scène trap francophone, les gimmicks prennent presque le dessus sur les paroles.

On peut ainsi penser au génial Black D du XV Barbar et ses refrains décousus (dont le meilleur exemple reste celui de son morceau avec Alkpote). L’aspect narratif du rap, s’en retrouve remis en question. Ainsi, dans un morceau comme « Dans le Bain », les paroles apparaissent davantage comme une mosaïque de thèmes obsessionnels (« Belinda », « le bain », « Poutinos », « Illuminatis », …) qui s’entremêlent dans un tableau sombre, mais sans récit cohérent.

Les couplets de Ruzkov sont ainsi un véritable tourbillon de gimmicks noyés dans l’énergie, alors que ceux de Rizno, plus « conventionnels » dégagent une énergie rauque et rythmée. Les deux membres sont complémentaires : sans la folie de Ruzkov, les couplets découpés de Rizno ne seraient pas autant mis en valeur, et vice-versa.

Ce qui se dégage de la musique des Alchimistes ce sont donc des vapeurs confuses, où se mêlent des cris, des hurlements, des motifs qui se croisent tout le temps sans qu’on comprenne leur signification. C’est également un univers alcoolisé et hallucinatoire, Ruzkov n’hésitant pas à utiliser ses origines russes à bonne escient dans un clip comme « Belinda. » Ses origines russes lui servent aussi à donner un aspect militaire et menaçant à ses sons, jouant sur les images préconçues que l’on a sur la Russie.

Une énergie qui a quelque chose en commun avec le rock

Rien ne semble pouvoir freiner ce déchaînement d’énergie ; les deux membres semblent en plein exorcisme dans leur morceau, libérant par l’alcool le démon qui sommeille en eux. D’ailleurs, depuis le début de leur carrière, Les Alchimistes ne cessent d’aller plus loin dans cette direction : quand on regarde leurs premiers morceaux, on ne trouve pas cette touche si particulière qui s’est de plus en plus amplifiée au cours de leur ascension, et que rien ne semble pouvoir freiner désormais.

Ce déchaînement d’énergie, ces cris, a quelque chose de rock, voire de punk. Les t-shirts « Iron Maiden » du duo, les cheveux rouges de Rizno, ou le signe du métal brandi par Ruzkov ne sont d’ailleurs pas un hasard : cette esthétique développée dans leurs clips est aussi bien présente dans leur musique. Les Alchimistes révèlent l’énergie commune qu’ont la scène trap et le rock.

Ils ne sont d’ailleurs pas les premiers à s’engouffrer dans cette direction. Siboy, le rappeur du 92i qui a récemment fait son retour, délivre cette même folie dévastatrice par son énergie dans un morceau comme « Mollo » avec Juicy P. De même, une grande partie des rappeurs qui entourent DJ Weedim (dont on vous parlait ici) dans sa « French Bakery » ont cette énergie presque punk, comme KSA, Biffty, ou même Alkpote, qui a d’ailleurs collaboré avec le duo sur l’excellent titre « Scott Summers ».

DJ Weedim, justement, déclarait à ce sujet dans une interview à « Deeper than rap » que ce qui l’avait attiré dans la scène « crunk » d’Atlanta (sorte d’ancêtre de la trap). c’était « l’énergie », ajoutant que « quand il était gamin, il aimait bien le rock, donc le côté trash, dur, lui a plu ». C’est ce « côté dur » qu’évoque le producteur que les Alchimistes ont saisi. Il ne s’agit bien évidemment pas d’une forme de rap inspirée du rock, mais d’une forme de rap qui a une base commune avec le rock, à travers cette énergie à extérioriser, coûte que coûte.

Les Alchimistes, groupe phare de 2017 ?

Il y a donc quelque chose d’assez unique qu’ont saisi les Alchimistes pour l’exploiter le plus loin possible. Ce « quelque chose », c’est une volonté de donner toute leur énergie, dans un tourbillon de vodka, de dabs, et de cris. Leur projet se fait de plus en plus extrême plus leurs titres passent, et donc de plus en plus intéressant, de plus en plus abouti. Leur collaboration avec Alkpote annonce le meilleur pour la suite.

En effet, la série de titre qu’ils ont lancé depuis la rentrée intitulée « Dans la loge » est particulièrement aboutie, signe d’un univers qui est mur. Pourtant « la loge », c’est là où les artistes se préparent avant de rentrer sur scène. Si ce ne sont que les préparatifs, on ne peut qu’être pressé que Les Alchimistes entrent en scène, et prennent la lumière en 2017 pour délivrer au public cette folie qui les habite.

Et cela ne devrait pas tarder, on les a récemment vus sur Facebook dans les studios de DefJam, ou encore mis en avant par le site OKLM pour leur morceau « Poutinos ». On ne peut qu’être pressé de voir jusqu’où vont aller les deux alchimistes dans leur volonté radicale de pousser la trap à ses extrêmes jusqu’à la transmuter, jusqu’à faire se transformer Black D en Iron Maiden, et vice-versa.

Notez cet article !
Nombre de vote : 13

Articles similaires :

L’émission « Touche Pas A Mon Poste » (TPM... Plus besoin de présenter "Touche Pas A Mon Poste", de 19h à 21h, l'émission divertit plus d'un million de Français. Récemment, il a été question d'u...
DJ Weedim : le producteur de rap le plus rock ? Chez Juste1Question, on a toujours aimé DJ Weedim, et on a toujours dit tout le bien qu'on en pensait, comme ici. Du coup, lorsqu'il a sorti son EP av...
Juste1son : Hypnolove – La Piscine https://www.youtube.com/watch?v=iNvye72Cpx0 Cela fait des années que Hypnolove rythme nos étés, avec leurs tubes ensoleillés. Mélangeant des bass...
Teddy The Beer : qui est l’artiste que les fameux « tops » de 20... Décembre : le moment pour fêter le jour de l'An, pour passer des moments en famille, pour regarder la neige tomber dehors, pour trouver le réconfort...
Guillaume
J'écris sur la culture – notamment la musique - et l'actu sur ce site. Sinon mes goûts musicaux se situent quelque part entre David Bowie et Meek Mill.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz