Juste 1 Question Louis xvi

Histoire

1789 : Quel rôle a joué Louis XVI ?

18 Fév , 2016  

A la fin de l’année 1789, le constat est amer pour le roi et l’aristocratie française : l’Ancien Régime est tombé. La France est désormais une monarchie constitutionnelle. Le droit divin cède la place aux droits de l’homme. L’absolutisme s’effondre devant les idées des Lumières. Le monarque le plus puissant au monde se soumet à la nation et ses représentants.

Le début de la Révolution Française est aussi formidable pour le tiers état qu’elle est cruelle pour le roi. Le souverain aura essayé jusqu’au bout de satisfaire les intérêts de tous ses sujets. En conséquence, sa suprématie politique disparaît. Le rôle du roi n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut en cette fin d’année 1789. Mais est-ce l’apparente faiblesse du roi qui l’a mené à sa perte et a déclenché la Révolution?

Digne, comme un père.

Louis-Auguste n’était pas destiné à devenir roi. Il était le troisième petit fils de Louis XV, donc rien ne le présageait à monter sur le trône de France. Cependant, comme pour son grand-père, le destin le précipitera sur le trône. Une tâche qu’il considèrera comme un fardeau tout le long de son règne.

Lorsqu’il accède au trône, Louis XVI se veut être un « bon roi ». Il ne cessera jamais d’affirmer sa volonté de soulager la souffrance de ses peuples. C’est un homme qui cherche à être juste et intègre. En ce sens, le roi diffère totalement de ses prédécesseurs. Il ne prend pas part aux intrigues de la cour et s’efforce de s’en éloigner. On ne lui connait aucune maîtresse. Il évite l’extravagance et montre une humilité rare dans sa conduite. Il a reçu une éducation assez complète qui en a fait un individu pieux et cultivé. Louis XVI était respectueux de la tradition et tolérant des idées nouvelles.

Louis XVI n’a qu’une hantise : être vu comme un tyran. Sa politique se basera toujours sur la recherche du respect de l’ensemble des ordres de la société. Il développe au fur et à mesure de son règne une vision paternaliste de la royauté. Pour lui, le roi est celui qui veille sur l’ensemble de ses sujets, qui soulage les plus faibles et qui rend une justice impartiale. Il ne doit surtout pas opprimer le peuple. Il faut qu’il sache prendre les décisions lorsqu’elles s’imposent, aussi dures qu’elles le soient.

Un roi en proie au doute.

Le roi doute de lui-même. Louis XVI est conscient de la responsabilité qui lui pèse sur les épaules. Néanmoins, son caractère et sa vision de la fonction l’amplifient largement. Pour un monarque commun, l’important est de pérenniser le pouvoir royal. Pour Louis XVI, à cette priorité s’ajoute le bien-être de son peuple. L’incohérence entre ces deux tâches le plongera dans un doute permanent.

Tout au long de son règne, le roi hésitera lors des grandes décisions. Il est divisé entre la nécessité du choix politique et sa volonté de bienveillance envers tout son peuple. Ainsi, le roi va chercher le consensus en dépit des risques qu’il comporte. C’est ainsi que lors de son premier gouvernement, pour réussir à imposer les privilégiés, il remet en place les parlements de nobles. Ceux-ci vont bloquer toute réforme fiscale allant contre leurs intérêts.

Ces erreurs de calcul, le souverain ne se les pardonne pas, ni à ses ministres. Les gouvernements se succéderont tous pour démolir ce qu’a fait le précédent. Deux problèmes se présenteront alors au roi. Dans un premier temps, la succession des gouvernements a crée de l’instabilité dans l’Etat, il faudra empêcher la situation d’empirer. Dans un second temps, il faudra arriver à résoudre le principal souci de la France : la dette gargantuesque de la monarchie. Ainsi, le manque de volonté et de constance du roi détériorent l’état du pays et le plongent encore plus dans son incertitude sur sa capacité de gouverner.

Le flottement constant dans la politique du souverain va précipiter la convocation des Etats généraux. Le roi étant incapable de s’imposer légalement à la noblesse, il se verra obliger de convoquer la seule instance capable de le contraindre lui-même. Louis XVI ne fait jamais confiance à son « instinct politique » ou plutôt, craint de devoir le faire. Ce manque de machiavélisme dressera le décor de sa chute. Toutefois, c’est un événement tragique qui scellera le sort de la monarchie française.

Le Dauphin est mort…

La nouvelle est terrible pour le roi. Son fils ainé meurt après une longue agonie. Le jeune prince avait une santé fragile depuis l’enfance. Deux ans auparavant, il contracte la tuberculose. Son état s’empirera lentement. Son médecin ne pourra qu’assister impuissant à l’entrée de son patient en phase terminale. L’épine dorsale du Dauphin est gangrénée. Il s’éteint le 5 juin dans un contexte de tension extrême entre les élus des Etats généraux.

Quelques jours plus tôt, le ministre Necker réussit à doubler le nombre des élus du tiers état. Cette manœuvre devait être suivie d’une motion pour l’adoption des projets par tête. La noblesse s’insurge et s’oppose fermement à cette décision. Tous les débats sont bloqués. Les élus de la plèbe marquent une audience avec le roi afin que son arbitrage penche en leur faveur. Toutefois, le souverain aurait demandé le repoussement de la rencontre afin qu’il puisse faire son deuil. Au refus des élus, Louis XVI aurait répliqué : « N’y a-t-il pas de pères dans cette assemblée ? »

Toujours est-il qu’un fossé définitif se creuse entre le roi et les élus du tiers état. Désormais, ces derniers seront décidés à se battre jusqu’au bout pour leurs revendications. Le 17 juin, ils font le fameux Serment du Jeu de Paume et forment l’Assemblée Nationale. Ils jurent de ne jamais se séparer avant de doter la France d’une constitution. Le roi voit le danger que cela représente pour lui, mais il est trop tard. Toute manœuvre qu’il tente contre les députés tourne en leur faveur.

Les événements de l’été 1789 vont finir de précipiter la fin de la monarchie absolue en quelques mois : Le 14 juillet la Bastille est prise, le 4 Aout les privilèges sont abolis et le 26, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est lue à l’Assemblée. Le roi la signe et perd de fait sa souveraineté absolue sur la Nation. La monarchie française, symbole millénaire du féodalisme, venait de céder sous le poids de la plume.

Ce n’est pas parce qu’il était un souverain faible que Louis XVI a rendu la révolution possible. Au contraire, c’est un homme qui a agi selon ses principes. Il a respecté ce qui pour lui était le plus sacré : La monarchie et son peuple. Cependant, son manque d’assurance, de volonté et de cynisme lui ont couté le soutien de tous ses sujets, et par conséquent, son pouvoir.

Alors que Louis XVI voulait être un père comme les autres et faire le deuil de son enfant la Nation demandait un demandait un roi. Une erreur infime qui, à l’instar des tragédies classiques, dresse le décor du déchirement qui conduit à la fatalité. La mort du jeune dauphin semble être un sombre présage du destin funeste de la famille royale.

Notez cet article !
Nombre de vote : 7

Articles similaires :

La Monarchie Constitutionnelle : une solution pour la France ? Souvent raillée ou moquée, l’idée d’un retour à la monarchie fait son chemin parmi les français. Face au discrédit que connait la Ve république, cer...
Comment expliquer le retour en force du « récit national » dans le déb... Récemment les déclarations de François Fillon firent la polémique. Sans doute soucieux d'attirer les feux des projecteurs sur lui, l'ancien premier mi...
Qui sont les Amish? Les Amish sont une communauté religieuse, dont les membres vivent en marge de la société actuelle, sans haute technologie et parfois même sans électri...
Finalement, quelle histoire pour Alep ? Lors du festival d’art engagé aux Grands Voisins : Syrien n’est fait ; nous avons eu l’exceptionnelle occasion d’assister à une rencontre-témoignage d...
Joao
Je m’appelle Joao et je suis chroniqueur chez Juste 1 Question. Je cherche à vous informer sur l’actualité mondiale de façon simple, concise et avec un grain d’humour. Je veux que vous puissiez appréhender chaque info. Pour cela, je compte toujours aller à l’essentiel et vous apporter les faits et mes analyses sans fioritures. Bref, mon but est de vous montrer que vous pouvez comprendre ce qui vous entoure en vous posant juste 1 question.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz