Girl Summit 2014

Politique,Société

17 janvier 2016 : Jour 1 d’une nouvelle Europe ?

17 Jan , 2017  


Aujourd’hui, dans un discours très attendu, Theresa May s’est exprimée sur l’avenir du Royaume-Uni. Les yeux rivés sur Londres, la communauté britannique, européenne et même internationale attendait avec impatience cette intervention symbolique, censée à la fois réaffirmer le choix du Brexit, et en indiquer les lignes directrices.


C’est donc la voie du hard brexit qu’a choisi de soutenir la Première ministre : bien qu’elle conspue la distinction soft/hard brexit souvent utilisée par les médias et l’opinion publique, Theresa May est restée ferme sur ses positions. Cette conception extrême de la sortie du Royaume-Uni de l’UE envisage une sortie du marché unique, ce qui signifie que le Royaume-Uni ne serait plus soumis à un système commercial européen, mais s’en tiendrait aux directives de l’OMC. Sortir du marché unique certes, mais bénéficier, à la place, d’un accord avantageux avec l’UE. C’est d’ailleurs la notion de « partenariat » auquel elle fait référence à plusieurs reprises, espérant que son pays ne fasse pas l’objet d’une politique punitive et revancharde (à ses yeux) de la part de ses (bientôt) ex-confrères européens.


De même, la question des migrations était au cœur de l’allocution : le Brexit tel qu’il est pensé par Theresa May signifie, à terme, un contrôle strict de l’arrivée des migrants en provenance de l’Union Européenne. A ce sujet, elle est très claire : la liberté de son pays passe aussi et surtout par la possibilité de légiférer elle-même sur la manière dont les autorités locales entendent gérer les flux migratoires.


Depuis 7 mois, cette rupture historique fait profondément débat, entre les eurosceptiques, adeptes d’un Brexit dur, qui se targuent de libérer le pays de l’oligarchie européenne, et les déjà-nostalgiques d’une Union européenne réellement unifiée.

Mais Theresa May insiste : la décision définitive du départ du Royaume-Uni sera en dernière instance soumis aux deux Chambres du Parlement. Une validation symbolique qui viendrait fermer la page de l’Europe des 9 de 1973, pour écrire le livre d’une Union européenne à repenser et recomposer. A noter néanmoins que la Première ministre britannique s’est abstenue de préciser quelle serait sa position en cas de rejet de la part du Parlement…

 

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Famine en Afrique : quelles sont les solutions apportées par les Etats... L'utilisation du terme « famine » a souvent été effectuée avec précaution, afin de ne pas le banaliser.  Ainsi, d'après l'échelle IPC (de mesure d...
Pourquoi parle-t-on si peu de l’UPR ? Difficile de comprendre pourquoi l'Union Populaire Républicaine est si absente des débats médiatiques. S'il reste encore à obtenir les 500 parrain...
Ghost in the Shell : le whitewashing hollywoodien de trop ? L’événement cinématographique du mois, c’est la sortie de la bande-annonce de la nouvelle production hollywoodienne de Rupert Sanders. Le film...
Sarahah : la nouvelle application du moment ? Avec l'hégémonie de différents réseaux sociaux comme Snapchat, Facebook ou Twitter, difficile pour de nouvelles innovations numériques d'émerger de ...
Clélia
J'écris surtout dans la catégorie Société. J'aime lire, voyager et découvrir ! Je m'intéresse beaucoup à l'actualité, et espère vous transmettre mon envie de la comprendre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz