Girl Summit 2014

Politique,Société

17 janvier 2016 : Jour 1 d’une nouvelle Europe ?

17 Jan , 2017  


Aujourd’hui, dans un discours très attendu, Theresa May s’est exprimée sur l’avenir du Royaume-Uni. Les yeux rivés sur Londres, la communauté britannique, européenne et même internationale attendait avec impatience cette intervention symbolique, censée à la fois réaffirmer le choix du Brexit, et en indiquer les lignes directrices.


C’est donc la voie du hard brexit qu’a choisi de soutenir la Première ministre : bien qu’elle conspue la distinction soft/hard brexit souvent utilisée par les médias et l’opinion publique, Theresa May est restée ferme sur ses positions. Cette conception extrême de la sortie du Royaume-Uni de l’UE envisage une sortie du marché unique, ce qui signifie que le Royaume-Uni ne serait plus soumis à un système commercial européen, mais s’en tiendrait aux directives de l’OMC. Sortir du marché unique certes, mais bénéficier, à la place, d’un accord avantageux avec l’UE. C’est d’ailleurs la notion de « partenariat » auquel elle fait référence à plusieurs reprises, espérant que son pays ne fasse pas l’objet d’une politique punitive et revancharde (à ses yeux) de la part de ses (bientôt) ex-confrères européens.


De même, la question des migrations était au cœur de l’allocution : le Brexit tel qu’il est pensé par Theresa May signifie, à terme, un contrôle strict de l’arrivée des migrants en provenance de l’Union Européenne. A ce sujet, elle est très claire : la liberté de son pays passe aussi et surtout par la possibilité de légiférer elle-même sur la manière dont les autorités locales entendent gérer les flux migratoires.


Depuis 7 mois, cette rupture historique fait profondément débat, entre les eurosceptiques, adeptes d’un Brexit dur, qui se targuent de libérer le pays de l’oligarchie européenne, et les déjà-nostalgiques d’une Union européenne réellement unifiée.

Mais Theresa May insiste : la décision définitive du départ du Royaume-Uni sera en dernière instance soumis aux deux Chambres du Parlement. Une validation symbolique qui viendrait fermer la page de l’Europe des 9 de 1973, pour écrire le livre d’une Union européenne à repenser et recomposer. A noter néanmoins que la Première ministre britannique s’est abstenue de préciser quelle serait sa position en cas de rejet de la part du Parlement…

 

Notez cet article !
Nombre de vote : 0

Articles similaires :

Et si François Hollande s’était saboté avec l’usage du 49.... Depuis sa création en 1959, l'article 49.3 permet au premier ministre de faire passer une loi en force, sans avoir à la faire voter. Déjà utilisé po...
Mort de Jo Cox : peut-on parler de récupération politique ? La Grande-Bretagne a perdu une députée : Joe Cox a succombé aux blessures infligées par son agresseur. Ce dernier est tantôt qualifié de "déséquilib...
Les Bermudes, 1er pays du monde à abroger la législation qui autorisai... Le 7 février de cette année, le gouverneur des Bermudes John Rankin a promulgué une nouvelle loi renversant le droit des couples gays à se marier, m...
L’homophobie de tous les jours à l’encontre des personnes LGBT, (lesbi... « Je ne suis pas homophobe mais quand j’ai vu ces deux hommes s’embrasser; même si nous sommes amis, ça m’a donné un haut-le-coeur. Je pense que par r...
Clélia
J'écris surtout dans la catégorie Société. J'aime lire, voyager et découvrir ! Je m'intéresse beaucoup à l'actualité, et espère vous transmettre mon envie de la comprendre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier quand
avatar

wpDiscuz